Éditorial : Le drame derrière le drame


J’ai passé sous silence le drame d’Orlando la semaine dernière, mais ce n’est pas par manque d’empathie. De nombreuses émotions me sont venues en regardant et lisant sur le drame.
Ce qui m’a frappé le plus, c’est à quel point la nature homophobe du drame a été escamotée au profit de l’allégeance religieuse du meurtrier ou à la facilité avec laquelle il a pu obtenir un fusil automatique.
La droite américaine regroupe son lot important d’homophobes. Ils auraient été très malheureux si le drame n’avait pas été l’œuvre d’un fou en plein délire religieux islamique, mais plutôt, comme les attaques contre des cliniques de planification familiale, par un petit fou en plein délire méthodiste ou catholique.
Il semble clair que le meurtrier avait de sérieux problèmes avec les homosexuels, que ce soit par répulsion face à cette orientation sexuelle différente ou par une réticence à s’avouer ses propres attractions sexuelles, comme certains reportages le soulignaient.
L’autre élément qui détourne l’attention du ca-ractère homophobe de l’attaque est celui entourant le fait que cet individu a pu se procurer une arme automatique aussi dangereuse. On n’a pas besoin de me convaincre de la justesse d’un registre des armes à feu. Comme je n’ai cessé de le répéter depuis des années : je ne me promène pas avec une automobile sans plaques d’immatriculation, alors je ne vois pas quel est le problème à avoir un fusil enregistré auprès du gouvernement.
Je sais aussi que les pays ou le commerce des armes à feu est le plus restrictif, les taux d’homicide sont les plus bas.
C’est à deux pieds joints que les démocrates ont sauté sur ce drame pour revenir encore une fois avec l’encadrement de la vente des armes à feu.
Je sympathise avec eux, mais là encore, cela détourne l’attention de la nature homophobe du drame d’Orlando.
Il faut absolument qu’une des leçons retenues de ce drame mène à des campagnes de sensibilisation luttant contre l’homophobie.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.