Qu’est-ce que c’est? : Le développement responsable!

30 novembre 2001
0 Commentaire(s)
Dans les Territoires du Nord-Ouest, un organisme se donne pour mandat de promouvoir le développement responsable. Il s’agit de la « Northern Organization for Responsible Development » ou NORD. Cependant, sa définition du développement responsable ne semble pas concorder avec la définition de certaines personnes.

Le mandat de ce groupe de chefs d’entreprises est de « supporter le développement responsable des ressources naturelles des T.N.-O. pour atteindre la prospérité, la durabilité et l’amélioration du niveau de vie des habitants des Territoires du Nord-Ouest ». La NORD a déjà effectué plusieurs représentations en faveur de l’implantation d’industries devant des comités se penchant sur les impacts environne-mentaux de ces projets.

« Notre organisation travaille pour s’assurer que le développement, tant socio-économique qu’environnemental, soit assuré à long terme dans les Territoires du Nord-Ouest », de déclarer le président de la NORD, Bill Aho. Pourtant, dans le dépliant promotionnel du groupement, on fait état de certains processus environnementaux trop sévères pour les investisseurs dans les T.N.-O.

Bob Bromley a récemment eu un débat public avec Bill Aho à propos du développement hydroélectrique du fleuve Mackenzie. La NORD s’était alors prononcée en faveur des méga-projets, alors que M. Bromley favorisait les projets de plus petites envergures, causant moins d’impacts environnementaux.

Cet environnementaliste n’a pas la même définition de l’expression que le président de la NORD. Selon Bob Bromley, le développement responsable « est bon pour l’environnement, le niveau de vie et l’économie, tout en favorisant une approche locale et régionale ».

Selon sa propre définition, M. Bromley croit que la NORD ne travaille probablement pas pour la promotion du « développement responsable ». « Je crois qu’ils sont plus intéressés par le développement économique de grande envergure avec peu de regard pour l’environnement. Dans leur approche, l’économie occupe une trop grande place », dit-il.

Celui-ci ne mâche pas ses mots quant à l’usage que fait la NORD face à l’expression « développement responsable ». « C’est une approche classique de la grande industrie. Ils volent la terminologie des mouvements de conservation de l’environnement et après, ils déclarent que c’est leur expression », de déclarer M. Bromley.

Kevin O’Reilley est directeur de la recherche au Canadian Arctic Resources Committee. Celui-ci fait un rapprochement entre le développement durable et le développement responsable. Selon lui, le développement responsable fait la promotion et maintient l’intégrité écologique dans le Nord, tout en voyant à l’avenir des communautés. Les retombées culturelles, économiques et environnemen-tales ont donc toutes un rôle à jouer dans ce type de projet.

Au service des communications de Développement économique de l’Ouest, un service du gouvernement fédéral, on a de la difficulté à définir l’expression « développement responsable ». Cependant, on fait un certain lien entre le développement responsable et le développement durable, puisque « l’on ne peut pas faire l’un sans faire l’autre ». Or, la définition du gouvernement du Canada pour le développement durable est la suivante : « Un développement qui répond aux besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».