Littérature du Nord : Le deal avec Ramshackle

19 novembre 2015
0 Commentaire(s)
7. Riel et Ramshackle sont les plus récents bébés d’Alison McCreesh.(Crédit photo : Maxence Jaillet)

7. Riel et Ramshackle sont les plus récents bébés d’Alison McCreesh.(Crédit photo : Maxence Jaillet)

En novembre 2015, Alison McCreesh offre à Yellowknife : Ramshackle ou l'apologie d'un style de vie. Par ses couleurs, ses anecdotes et ses explications historiques numérotées (the deal with), ce premier roman graphique décrit une attirance pour un quartier de la vieille ville.

 
1. « Ramshackle, c’est ce qui tombe en morceaux, qui est tout croche », traduit l’artiste francophone qui réside à Yellowknife depuis l’été 2009. Alison McCreesh, reconnue pour ses œuvres en feutre et ses illustrations nordiques, vient de ramasser ses morceaux de mémoires de son premier été dans la capitale ténoise et les a rafistolés dans un premier roman graphique. « C’est un peu dans le sens d’un scrapbook, un livre un peu décousu, avec un look fait maison, où l’esthétique rejoint le propos. »
2. C’est de la BD alternative, un genre autobiographique qui pourrait s’approprier le titre de carnet de voyage. Malgré les éléments cocasses que partage Alison, elle insiste pour décrire ce volume comme un recueil d’expériences dans un nouvel endroit. Une découverte de la capitale du Nord. Une aventure en couple. Un contraste entre camping sauvage en pleine ville et gardiennage d’animaux dans des maisons luxueuses. « Ça ne révèle rien sur notre intimité ou même notre quotidien dans notre vie de couple. »
3. L’artiste s’est astreinte à une démarche particulière alors qu’elle a retravaillé toutes les bandes produites à l’époque. Une sorte de polissage d’un journal intime dessiné. Bien plus que croquées, ses illustrations de 2009 comportaient beaucoup de détails sur les lieux, les réactions et les vêtements des protagonistes. « Ces dessins de l’époque, je ne me forçais pas pour qu’ils soient constants. Pour cette bande dessinée, j’ai travaillé sur l’harmonie. » Elle affirme s’être fait un petit cadeau pour ce premier volume. Elle a tout redessiné, et coloré à l’aquarelle pour ensuite numériser les 144 pages. « C’est un choix esthétique, quand le récit est traité à la main, c’est un travail qui m’interpelle plus, ça vient me chercher. »
4. Elle a rempli ses bulles en anglais. Si la majorité de ses aventures de 2009 se sont déroulées en français : la vie de voyageur avec Patrice, son partenaire; son emploi d’été; ses amis franco-ténois... Alison s’est depuis largement épanouie au sein de la communauté de Yellowknife et voulait rejoindre le plus grand nombre de ses amis. « Les personnages sont véridiques, pour nos amis j’ai gardé leur vrai nom également. Ils sont reconnaissables même si ce n’est pas un documentaire, et que ce roman graphique soit écrit en anglais maintient le fait que Yellowknife est une communauté multiculturelle. » Elle ajoute que beaucoup de termes qui rythment la vie dans le Woodyard sont empruntés de l’anglais, et se demande encore comment traduire honey bucket ou s’il devrait être entre guillemets tout au long du livre.
5. Il n’y aura pas officiellement d’autres tomes de Ramshackle, mais d’autres thèmes sont prévus. Un d'eux serait les maisons bateaux et une aventure hivernale sans nécessairement être une suite. « Nous avons aussi vécu sur une maison bateau après être revenus à Yellowknife. Là aussi, j’ai du matériel à retravailler. »
6. Alison McCreesh a élaboré son premier livre durant sa première grossesse. Elle a signé avec sa maison d’édition, Conundrum Press, le mois où son fils naissait. Les exemplaires à 20 $ se retrouvent à la librairie Yellowknife Book Cellar et à la galerie Down To Earth à Yellowknife.