Santé : Le chien montre ses dents

04 avril 2003
0 Commentaire(s)
Une poursuite judiciaire sera bientôt intentée contre le gouvernement fédéral par la Coalition canadienne de la santé. C’est ce qu’a annoncé le coordonnateur de la Coalition, Michael McBane, de passage à Yellowknife, le 1er avril dernier, dans le cadre d’une tournée du Nord. L’objet de la poursuite repose sur le non-respect, par le fédéral, des cinq principes de la Loi canadienne de la santé. La Coalition, décrite comme le chien de garde du dossier de la santé par son coordonnateur, veut rappeler au fédéral son mandat envers la Loi, qui a été malmenée depuis quelques années avec les coupures de budget dans le secteur de la santé.

Avec des millions en moins, les provinces et territoires ne sont pas en mesure d’offrir aux Canadiens et Canadiennes un système accessible, intégral, universel, transférable et public. Une menace qui pèse lourd sur le système gratuit instauré par le néo-démocrate Tommy Douglas, en 1962, selon Michael McBane. « Les principes de la loi ne sont pas tous respectés, ce qui affaiblit le système et pourrait le faire disparaître, surtout dans les provinces riches de l’Alberta et de l’Ontario, a-t-il indiqué. Le fédéral ne renforce pas, ne protège pas et n’intervient pas assez pour protéger les principes et les normes de la Loi canadienne sur la santé. Il faut protéger ces normes, sinon notre système deviendra de plus en plus privé. »

Selon Michael McBane, la Coalition compte beaucoup sur la mobilisation qui est en progression, surtout actuellement, alors que des élections ont lieu au Québec et sont prévues aux Territoires du Nord-Ouest et au niveau fédéral. « Toutes les juridictions sont très actives et il faut que ça continue pour que la volonté soit reflétée dans les politiques du gouvernement », a-t-il révélé, au terme d’une discussion avec quelques résidents de Yellowknife. Le rapport de la Commission sur l’avenir des soins de santé au Canada est bon un exemple, selon McBane, de cette mobilisation. Sans la volonté de la population, le rapport n’aurait pas vu le jour. « Le phénomène Romanow représente un engagement énorme des citoyens, un exercice démocratique très important. J’ai l’impression que ça va continuer, les Canadiens ont des convictions très fortes. Ils sont prêts à se mobiliser pour que le droit aux services de santé soit reconnu. »

Le récent front commun qu’on mené les trois premiers ministres des territoires du Nord, dans le dossier du financement des soins de santé pour les régions éloignées, est un signe que la patience de la population a atteint ses limites. Loin d’être une action isolée, Michael McBane estime que la population du Sud s’est identifiée à cette prise de position. « Un thème commun pour tous les Canadiens est le manque de leadership fédéral dans le dosser de la santé. C’est pourquoi il y a d’autres régions solidaires avec les premiers ministres du Nord sur la question du financement du fédéral », ajoute-t-il, annonçant du même coup que la tactique du fédéral, qui accumule les surplus depuis plusieurs années, est de dissimuler son argent. « Les besoins sont là, les responsabilités et l’argent également. Il faut que le fédéral joue son rôle politique et moral. »

Le coordonnateur a exprimé ses craintes de voir le système d’assurance-maladie s’éteindre petit à petit, pour laisser le champ libre à la privatisation. « Nous avons une idée du système américain en Alberta, a-t-il indiqué. C’est le plan du premier ministre Ralph Klein. Jusqu’à maintenant, ce sont des exceptions, c’est pourquoi il faut mettre un frein à cette expérimentation, autrement on va perdre le système public. »

Le coordonnateur, qui arrivait d’Iqaluit, s’est également rendu dans les communautés ténoises de Hay River et d’Inuvik et dans la capitale du Yukon, Whitehorse.