Élections fédérales : Le candidat Roland

08 octobre 2015
0 Commentaire(s)

Leadership 

 

Floyd Roland, député d’Inuvik puis d’Inuvik Boot Lake de 1995 à 2011. Ministre de multiple ministères et élu premier ministre des TNO en 2007. Maire d’Inuvik depuis sa retraite en politique territoriale.
Je pense qu’un des enjeux les plus difficiles que nous avions rencontré a été de s’assurer que le gouvernement des TNO soit en position pour aller de l’avant avec de bonnes décisions en tant que territoire au sein du Canada. L’entente de principe sur le transfert des responsabilités était une étape importante à cette époque. Il est agréable de voir que le gouvernement des TNO a poursuivi cette route et que les gouvernements autochtones ont obtenu leur part des recettes de l’exploitation des ressources.
 

Expertise nordique 

 

 

 

Si nous alignons les trois territoires au sein du Parti conservateur, en plus de notre expertise, nous pourrons travailler ensemble pour les gens du Nord. Les enjeux du Nord et notre priorité de garder des emplois dans le Nord seront déterminants. J’ai réussi à construire de solides relations avec différents niveaux de gouvernement, du début de ma participation au comité des chasseurs et trappeurs d’Inuvik jusqu’à mon rôle de premier ministre des TNO.

Consensus autochtone
J’ai participé à la mise en place de la table des leaders régionaux, où les représentants des organismes autochtones étaient présents pour discuter avec le gouvernement afin savoir comment les TNO peuvent être un meilleur endroit pour vivre. Je pense qu’avec le transfert des responsabilités et le partage des recettes, nous avons réussi à redonner le pouvoir aux gens du Nord, et c’est avec cette expertise que j’espère aller à Ottawa afin d’exprimer nos défis nordiques.

Changements climatiques

 

 

 

Sous les conservateurs, le gouvernement du Canada a réussi à intensifier l’économie tout en diminuant ses émissions de gaz à effets de serre. Ce qui est somme toute remarquable si on se compare avec le reste du globe. Nous devons nous concentrer sur la réduction de l’importation de produits pour alimenter nos maisons et nos entreprises, réduire les transports d’énergie et développer une économie autour de produits tels que la biomasse et le gaz naturel.

Langues officielles

 

 

 

 

C’est un défi auquel j’ai fait face en tant que membre de l’Assemblée législative : le financement pour les langues autochtones et le français n'a pas évolué pendant des années. Nous devrons satisfaire les besoins des gens du Nord et être capables de leur offrir des services adéquats. Sur le plan fédéral, j’espère être la voix qui pourra présenter les besoins des résidents d’ici et pourvoir influer sur les transferts que nous recevons par rapport au reste du Canada.