Élections fédérales : Le candidat McLeod

08 octobre 2015
0 Commentaire(s)

Leadership 

Michael McLeod, maire de Fort providence pendant trois ans, puis député de la circonscription de Deh Cho de 1999 à 2011. Il a été ministre de huit ministères, dont Transports ainsi que Travaux public et Services. Il a jusqu’à récemment siégé à l’Office d’examen des répercussions environnementales de la vallée du Mackenzie, à la régie des services publics et au trust des Premières Nations du Dehcho.
Je suis né à Fort Providence, j’ai passé la majeure partie de ma vie ici, tous mes enfants travaillent ici et je planifie prendre ma retraite ici. Le futur des TNO est donc très important à mes yeux. J’ai passé le plus clair de mon temps en politique, et une de mes compétences acquises au cours de cette expérience est de savoir écouter les gens et de réussir à obtenir un consensus. J’ai construit de bonnes relations avec les gouvernements autochtones, j’ai travaillé avec les municipalités, ainsi qu’avec les ministres territoriaux et fédéraux. Il faut amener les gens à travailler ensemble et prioriser les actions des TNO, plutôt que se battre les uns les autres en mettant de l’avant des enjeux différents.

Expertise nordique 

Les trois territoires et d’autres communautés dans l’Est du Canada partagent les mêmes enjeux. Pour aller de l’avant, nous devons former une alliance afin de porter l’attention sur ces défis communs. Il est difficile de se faire entendre avec une seule voix pour une circonscription aussi grande, alors en étant ensemble, nous pouvons être mieux entendus. Je n’ai aucun doute de pouvoir apporter une voix forte à l’échelon fédéral alors que j’ai été capable de bien communiquer et rassembler les gens à plusieurs reprises à Ottawa.

Consensus autochtone

 

J’ai une approche de nation à nation tout comme celle du Parti libéral. Une des priorités est de régler les revendications territoriales des différentes nations aux TNO, par exemple, celle des Akaitcho. Ici, à Yellowknife, on pourrait faire beaucoup de bien localement. Cela faciliterait l’accès au territoire et diminuerait le coût de la vie dans la capitale, c’est certain! Je sais que j’ai beaucoup de soutien des communautés aux TNO. Les gouvernements restent neutres dans leurs engagements et laissent les membres de la communauté libres de voter comme bon leur semble.

Changements climatiques
C’est un énorme enjeu qui se ressent plus intensément ici qu’ailleurs au Canada. Nous devons tous prendre nos responsabilités pour ce qui est du réchauffement climatique. Le coût d’utilisation du diesel est élevé, et nous avons des sociétés prêtes à se lancer dans la production d’énergies alternatives. Mais la première étape est d’avoir une stratégie, un plan pour avancer, élaborée avec les différents gouvernements et les collectivités.


Langues officielles
Les langues sont un enjeu important pour moi, notamment parce que j’ai perdu l’usage de deux langues autochtones en faveur de l’anglais. Je pense que la langue française doit être bien financée, et que les langues autochtones doivent être mieux financées également. Le Parti libéral s’est engagé à investir dans l’utilisation des langues dans les médias et de doubler le financement alloué aux arts.