Élections fédérales : Le candidat Bevington

08 octobre 2015
0 Commentaire(s)

Leadership

Dennis Bevington, maire de Fort Smith, puis député néo-démocrate des Territoires du Nord-Ouest depuis 2006. Depuis 2011, il est le porte-parole des affaires nordiques de l’opposition officielle.
J’ai été un des deux membres canadiens du comité des parlementaires de la région arctique. J’ai été élu vice-président de cette organisation et j’ai réussi à faire connaître plusieurs enjeux de l’arctique. En tant que membre de l’opposition officielle, j’ai eu l’occasion d’accomplir plus de travail.

Expertise nordique 
J’ai apporté beaucoup de leadership à plusieurs députés néo-démocrates du Nord. Depuis que je suis au Parlement, j’ai été le porte-parole de notre parti pour le développement du Nord. Je travaille bien avec les gens du Nord, c’est ma force.

Consensus autochtone
Le futur des Territoires réside dans la façon dont nous établissons la relation entre les gouvernements et les groupes autochtones. Et le travail effectué ici aux TNO peut servir d’exemple au reste du pays. Nous sommes tous partie intégrante des traités qui ont été signés. Alors la façon dont nous avançons à partir de ce point est extrêmement importante. La priorité aux TNO est la conclusion des revendications territoriales de plusieurs nations.

Changements climatiques
Tout ce que nous faisons en matière de réductions des impacts des changements climatiques va diminuer le coût de la vie dans le Nord. Mon objectif est de changer notre dépendance au carburant, car nous avons d’autres façons de chauffer nos maisons, de les isoler, d’utiliser des énergies renouvelables. En ce qui concerne la diminution des impacts, il faut s’assurer de connaître les incidences sur nos collectivités, que ce soit sur la nourriture, le transport, l’énergie ou l’emploi. Avec la promotion des économies durables, nous aurons plus de succès à faire les choses de la bonne façon pour les générations futures.

Langues officielles
Je soutiens tous les efforts pour préserver et protéger les langues qui forment le Canada, et la Loi sur les langues officielles a été mise en place pour cela. Je ne m'attends pas simplement à ce que l'on suive les règles, mais que l'on travaille dans l'esprit de la loi. Je respecte également les communautés autochtones qui veulent sauver leurs langues. C'est un de nos devoirs de Canadiens. En tant que parti, nous voulons nous assurer que le transfert aux organismes francophones soit indexé à l’inflation. Ces montants ont été mis en place et n’ont pas évolué depuis. Si nous soutenons une activité, nous voulons qu’elle soit bien financée.