Chronique Santé TNO : Le VIH/sida, ça existe toujours!

28 novembre 2013
0 Commentaire(s)


À force de crier Au loup! Au loup! On finit par ne plus y croire, dit-on. Mais ne vous y trompez pas : le loup rôde toujours autour de la bergerie, s’il n’est pas déjà rentré. Je parle du VIH/Sida. Cela fait plus de 25 ans qu'on a détecté le premier cas du syndrome d'immunodéficience acquise (sida) au Canada. Depuis, des milliers de Canadiens continuent de contracter l’infection à VIH (virus de l'immunodéficience humaine) chaque année. Le VIH s'attaque au système immunitaire, ce qui entraîne une condition chronique progressive qui rend les personnes atteintes vulnérables aux infections. Lorsque le corps n'est plus en mesure de combattre l'infection à VIH, celle-ci progresse et devient le sida. Le sida est mortel et demeure un problème de santé mondial.

Infection au VIH
Les activités suivantes représentent un risque élevé de contracter l'infection à VIH :
- relations sexuelles non protégées (anales ou vaginales);
- partage d'accessoires sexuels;
- partage de seringues ou de dispositifs servant à l'injection de drogues ou de stéroïdes;
- le VIH peut aussi se transmettre de la mère à l'enfant durant la grossesse, l'accouchement et l'allaitement.
Le VIH ne peut se transmettre dans les situations suivantes :
- serrer la main de quelqu'un ou le serrer dans ses bras;
- tousser ou éternuer;
- donner du sang;
- nager dans une piscine ou s'asseoir sur un siège de toilette;
- partager des ustensiles ou boire à la même fontaine;
- se faire piquer par un moustique ou un autre type d'insecte;
- se faire mordre par un animal.
Les situations suivantes représentent un faible risque de contracter le VIH, mais elles présentent quand même un risque lorsqu'un des partenaires a une infection contractée lors d'une relation sexuelle avec une autre personne ou lors d'un contact avec du sang infecté.
- Les relations sexuelles orales présentent un risque moins élevé de transmettre le VIH, mais un risque plus élevé de transmettre d'autres infections transmissibles sexuellement, comme la chlamydia, la gonorrhée, l’herpès, les verrues génitales et la syphilis.
- Dans presque toutes les situations, le baiser ne présente aucun risque de transmission du VIH. Toutefois, s'il y a échange sanguin lors du baiser (provenant d'une coupure ouverte, d'une lésion ou d'un ulcère buccal), il peut y avoir un faible risque.
- La réutilisation ou le partage d'aiguilles pour le tatouage, le perçage, l'électrolyse ou l'acupuncture présente un faible risque de transmission du VIH, mais un risque élevé de transmission d'autres infections transmises par le sang, comme l’hépatite B ou l’hépatite C.
- L'exposition au sang et aux liquides organiques en milieu de travail (par exemple lors d'une intervention d'urgence ou en milieu médical) présente un faible risque de transmission si les mesures préventives adéquates ont été suivies. Toutefois, le risque de transmission est plus élevé si aucune précaution n'est prise ou s'il y a une coupure et que la peau est exposée aux liquides organiques.
Il est important de noter que même sans traitement, il peut se passer plusieurs années avant qu'une personne infectée présente des symptômes apparents. C'est pourquoi certaines personnes ignorent qu'elles sont infectées.

Prévention ou traitement?
Il n'existe aucun remède contre l'infection au VIH. L'utilisation d'antirétroviraux ne fait que réprimer la multiplication du virus et perturber son action. La prévention a bien meilleur goût!
1. Si vous décidez d'avoir des relations sexuelles, parlez du VIH et d'autres infections transmises sexuellement avec votre partenaire et acceptez d'avoir une relation sexuelle uniquement s'il accepte d'avoir des rapports protégés.
2. Si vous vous injectez des drogues ou des stéroïdes, ne partagez jamais d’aiguille. Chaque fois que vous vous injectez, utilisez un nouveau dispositif d’injection.
3. Si vous êtes enceinte et avez des inquiétudes au sujet du VIH, demandez à votre médecin de vous faire subir un test. Un traitement précoce au moyen d'une médication peut prévenir la transmission du VIH de la mère au bébé.
4. Si vous vous faites faire un tatouage, un perçage, de l'électrolyse ou un traitement d'acupuncture, assurez-vous que ce soit par un professionnel qui prend les moyens adéquats pour prévenir les infections (une aiguille, une procédure, une utilisation).
5. Si vous êtes exposé à des liquides organiques en milieu de travail, suivez les directives pertinentes et les précautions normales de prévention des infections.

La Journée mondiale de lutte contre le sida (1er décembre) a pour thème Objectif zéro : zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida. Faisons notre part pour éradiquer cette pandémie.

Sources :
Santé Canada : Vie saine-VIH/sida (http://www.hc-sc.gc.ca)
OMS : Journée mondiale du sida.(http://www.who.int/campaigns/aids-day/2013/)