Retombées communautaires : Le Snowking fait barbe rase

Laura Busch a eu le plaisir de changer le profil du Snowking pour une coquette somme de 400 $ lors de l'événement Beard Auction for Cancer. Retrouvez d’autres clichés de cette soirée et du festival sur la page Facebook de L’Aquilon.  (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Laura Busch a eu le plaisir de changer le profil du Snowking pour une coquette somme de 400 $ lors de l'événement Beard Auction for Cancer. Retrouvez d’autres clichés de cette soirée et du festival sur la page Facebook de L’Aquilon. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Les membres de l’équipe du festival du Snowking mettent aux enchères leur barbe fièrement portée durant la 21e édition.
 

Pour une autre année, le souverain des neiges a sollicité les membres de son équipe à se faire pousser la barbe pour finalement la raser au cours d’une soirée-bénéfice pour la Société canadienne du cancer. Le 4 avril, ce sont 2000 $ qui ont été amassés alors que chaque travailleur du 21e château de neige de Yellowknife offrait le rasage de sa barbe aux enchères. En fin de soirée, la barbe du Snowking s’est envolée pour 400 $.
Selon Erika Nyyssonen, la directrice du festival, c’est une occasion affectionnée par Anthony Foliot d’étendre le rayonnement de sa monarchie saisonnière au bénéfice de la communauté. La tradition veut que les poils de barbe récupérés durant cette soirée-bénéfice soient utilisés pour orner le haut des portes du prochain château.
Pour cette 21e édition, il est estimé que 12 000 personnes ont passé les portes du château de neige. Une estimation qui permet à Nyyssonen de proclamer cette saison comme réussie. Elle souligne aussi l’architecture très appréciée du château, la qualité de la programmation et les efforts constamment renouvelés pour attirer les jeunes à apprécier les activités du festival. « Cette année, de jeunes étudiants ont participé à notre académie de neige. Ils ont appris le travail de la neige et comment faire des sculptures. C’est bénéfique pour le futur, d’expliquer la directrice du festival. Nous sommes également vraiment heureux de perpétuer la collaboration avec le Long John Jamboree. Ce dernier weekend du mois de mars permet à toute la communauté de profiter de la baie. »
En 2016, la coordination des spectacles a été la responsabilité de Jenna Graham, alias SnowStorm Sally, qui a réussi à combiner plusieurs artistes locaux avec des artistes provenant de l’extérieur des TNO. La diversité musicale a été un des points forts de cette année : du folk mexicain de Quique Escamilla au style balkan du Gadjo Collective en passant par les gigues du Royal Ball performées par le groupe The Foghorn string band.
Le financement pour l’organisation de ce festival glacé est assuré par des programmes provenant des ministères territoriaux de l’Industrie et de l’Éducation, mais également de Patrimoine canadien.
Le soutien financier des commerces locaux et sans conteste essentiel au bon déroulement de la programmation et cette année une nouvelle initiative de financement s’est révélée un succès. Pour la tenue de la compétition de sculpture de neige, l’administration s’est tournée vers la communauté et a organisé une loterie surnommée la rançon du Roi qui demandait 100 $ à 60 personnes pour atteindre la somme nécessaire pour récompenser les meilleurs sculpteurs de neige au début mars 2016.
Pour la prochaine édition, l’objectif sera toujours le même, améliorer le château et la qualité du festival.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.