Emplois : Le CDÉTNO lorgne les régions

17 février 2011
0 Commentaire(s)
 Lionel Painchaud et Sharon Dragon, conseillers en
développement de carrière au ministère de l'Éducation,
de la Culture et de l'Employabilité, entourent Brigitte
Genois, dans les bureaux du gouvernement à Hay River.
(Photo : Édith V-R)

Lionel Painchaud et Sharon Dragon, conseillers en développement de carrière au ministère de l'Éducation, de la Culture et de l'Employabilité, entourent Brigitte Genois, dans les bureaux du gouvernement à Hay River. (Photo : Édith V-R)

Le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO) fait de l’employabilité et du recrutement des priorités.


C’est du moins ce que portent à croire les récentes activités du conseil économique franco-ténois dans ce volet. Dans un communiqué émis cette semaine, le CDÉTNO affirme multiplier « ses efforts envers les chercheurs d’emploi francophones et les employeurs ténois ».

Pour sa part, la directrice générale du conseil de développement économique, Mme Sylvie Francoeur, rapporte que les besoins du marché de l’emploi, notamment pour des formations en recrutement et la rétention des employés, trouveront des réponses, en mars prochain. « On n’apprend rien à personne lorsqu’on dit que le roulement des employés est très élevé aux TNO! », s’exclame la directrice, qui souhaite fournir des trucs et astuces aux employeurs afin qu’ils puissent garder leurs employés plus longtemps.

Pour arriver à répondre au besoin exprimé partout aux TNO, le CDÉTNO proposera un calendrier de formations offertes par téléconférence. Ce dernier devrait être disponible sur Internet au moment de lire ces lignes. Des premiers ateliers ont d’ailleurs été présentés, la semaine dernière, par Brigitte Genois, alors conseillère à l’emploi, à Fort Smith et à Hay River. « On doit se faire connaître dans les communautés hors de Yellowknife. Nous avons une crédibilité à construire en région », soulève Mme Francoeur. Les premiers ateliers présentés n’ayant pas reçu le succès escompté – à peine une participation pour les deux communautés – le CDÉTNO examine ce qu’il doit faire pour renverser la vapeur. De nombreux moyens ont été ou seront entrepris par le CDÉTNO, rapporte Mme Francoeur. « Nous devons évaluer les marchés régionaux et trouver comment répondre à leurs besoins », explique Mme Francoeur, qui dit avoir déjà quelques bonnes idées en tête. Pour l’aider dans ses démarches, c’est Françoise Blanchard, qui prendra la relève de Brigitte Genois, en tant que conseillère à l’emploi. La jeune femme travaillant déjà au recrutement du CDÉTNO connait très bien le dossier : « Ça a été un soulagement total qu’elle accepte ce poste », informe Mme Francoeur. Mme Blanchard a partagé à L’Aquilon qu’elle était prête pour ce nouveau mandat. « Je suis déjà dans le bain de ce qui se passe. [...] J’aime aussi vraiment rencontrer les gens et les aider! » s’est-elle réjouie. Elle prévoit se rendre à Hay River et à Fort Smith au cours des prochains mois. C’est d’ailleurs grâce à un partenariat avec le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation que le CDÉTNO peut offrir ses services francophones hors de Yellowknife.

Outre ces nouveaux ateliers, c’est la foire de l’emploi européenne Destination Canada, ayant eu lieu à Paris et à Bruxelles, en novembre dernier, qui connaît des retombées positives dans la région. En plus des 398 curriculum vitæ récoltés par le biais de cette foire, un immigrant vient tout juste d’être embauché à Arctic Farmer Nursery, de Yellowknife. « Il s’agit d’une main-d’œuvre qualifiée et bilingue qui répond vraiment à la demande exprimée », affirme Françoise Blanchard, écartant l’idée selon laquelle les immigrants prendraient les emplois des Canadiens dans des situations comme celles-ci. Une autre demande est d’ailleurs en traitement. « C’est un bon programme pour recruter », ajoute Mme Blanchard, qui affirme que les TNO se font davantage connaître outre-Atlantique. « Il s’agit d’un bon événement pour augmenter la notoriété des TNO ».