Éditorial : La vérité dévoilée

01 octobre 2015
0 Commentaire(s)

Un texte intéressant du journaliste Yves Boisvert paru la semaine dernière jette une lumière intéressante sur toute l’histoire du port du niquab lors de certaines cérémonies officielles du gouvernement du Canada. Le niquab, c’est ce genre de voile que des femmes musulmanes portent et qui cache leur visage.
Le journaliste constate que le gouvernement conservateur n’aurait qu’à modifier un petit règlement pour mettre fin à ce dilemme. Refusant d’agir et en laissant le règlement en place, le gouvernement décide d’adopter une politique qui va à l’encontre du règlement. Pourquoi ne pas simplement changer le règlement, qui peut se faire par un simple vote du Cabinet? Parce que cela fait du bruit et permet aux conservateurs de gagner des points avec l’électorat xénophobe.
Et ça a marché.
- M. Harper que ferez-vous pour récupérer les emplois perdus sous votre gouvernement?
- Eille regarde là-bas! Une madame avec un niquab.
En effet, depuis que les médias sociaux sont inondés de messages souvent mensongers, les esprits simples s’échauffent. Les deux provinces les plus xénophobes, l’Alberta et le Québec, ont connu un renversement de la tendance électorale, alors que le Bloc et le Parti conservateur y font des gains basés sur la question du niquab. En Alberta, ça ne changera rien aux résultats, les vainqueurs conservateurs obtenant simplement plus de vote. Mais ça aura des impacts importants ailleurs dans le pays.
La question du niquab ne concerne que quelques cas isolés seulement. C’est pas comme si toutes les femmes musulmanes se présentaient à des fonctions protocolaires la face voilée, une tradition que je juge personnellement révoltante soit dit en passant. Mais nos politiciens avides de pouvoir vont faire tout en leur pouvoir pour que ces cas marginaux deviennent une courroie de transmission qui leur apportera la victoire le soir du 19 octobre en détournant l’attention de l’électorat.
- M. Harper, allez-vous rétablir les pensions et l’aide médicale aux vétérans?
- Ben je peux vous assurer que mes enfants ne porteront jamais un niquab.
C’est une recette gagnante depuis des décennies. De la montée du nazisme en Allemagne dans les années 1930, en passant par toutes les élections américaines des dernières décennies, la peur des « autres » a toujours été un élément rassembleur qui détourne l’attention de l'électorat des questions fondamentales comme l’économie, la justice sociale et l’environnement. On saura le soir du 19 octobre si ce pari des conservateurs et la nouvelle stratégie du Bloc seront fructueux.