Santé en français : La santé en français aux TNO, c’est pour bientôt

16 mai 2003
0 Commentaire(s)
La consultante de la Société Santé en français des Territoires du Nord-Ouest, France Benoît, a rencontré quelques membres de la communauté francophone de Yellowknife, le 7 mai dernier, pour démystifier le rôle de la Société et pour inviter la population à participer à la conférence de fondation du Réseau TNO santé en français, le 24 mai prochain.

Cette rencontre territoriale rassemblera les joueurs-clefs du domaine de la santé aux TNO, provenant des cinq secteurs partenaires de la Société. La communauté, le gouvernement, les professionnels de la santé, les institutions de santé et de formation seront donc représentées lors de cette réunion et formeront le comité de coordination du Réseau TNO, qui sera élu pour l’occasion.

Cette rencontre a été organisée grâce à un fonds de 40 000 dollars provenant de la Société et qui doit être utilisé avant la fin du mois de mai. Les préparatifs se sont donc mis en branle rapidement. Une campagne d’information a été mise sur pied pour rejoindre les communautés francophones des TNO. La consultante France Benoît s’est rendue à Fort Smith, mais n’a pas pu rencontrer les membres des communautés de Hay River et d’Inuvik. Le temps a manqué, mais ces communautés ont toutefois été rejointes via le téléphone. Cet argent a également servi à l’embauche de la consultante, à l’organisation de la conférence et à la création d’un comité consultatif, composé de Roxane Valade, de Danièle Couillard et de Daniel Lamoureux, de la Fédération Franco-TéNoise (FFT).

Près d’une vingtaine de personnes sont attendues le 24 mai, dont, entre autres, le directeur général de la Société Santé en français, Armand Boudreau, qui viendra expliquer les grandes lignes du Plan Dion publié récemment et de son impact sur les soins de santé en français au pays. L’une des membres du conseil d’administration, Élise Arseneau, de l’Île-du-Prince-Édouard, viendra dresser un portrait des différences, au plan de la prestation des soins de santé en français, entre les administrations canadiennes. Des représentants du Yukon, qui a déjà fondé son propre réseau, seront présents, ainsi que Santé Canada, le ministère de la Santé et des Services Sociaux des TNO, des représentants des quatre communautés et des membres du corps professionnel de la santé. D’autres invités pourraient s’ajouter à cette liste.

La consultante a profité de la session d’information du 7 mai pour présenter les premiers projets de la Société, dont la création d’un consortium pan-canadien regroupant une dizaine d’institutions universitaires et collégiales. Ce consortium vise, entre autres, à améliorer l’accès des francophones aux programmes de formation. Une étude de marché sera également mise en branle pour déterminer comment une ligne téléphonique, prodiguant de l’information sur des questions de santé, pourrait être mise en service dans l’Ouest et le Nord du Canada.

La consultante a indiqué que le Réseau TNO devrait s’incorporer au cours des deux prochaines années. Le financement pour la première année de fonctionnement du Réseau est déjà assuré. Les priorités du Réseau TNO seront déterminées par le comité de coordination.