Dans les écoles : La romancière Karine Lambert visite Yellowknife

17 novembre 2017
Karine Lambert. (Gracieuseté : CR)

Karine Lambert. (Gracieuseté : CR)

Finaliste pour les prix du Gouverneur général dans la catégorie littérature jeunesse, la romancière québécoise Karine Lambert visite les écoles Allain St-Cyr et William MacDonald.
 

C’est dans le cadre de la tournée d’auteurs et d’illustrateurs Lire à tout vent, à l’instigation de Communication-Jeunesse, que les élèves de St-Cyr et de MacDonald ont eu le plaisir, début novembre, de rencontrer l’auteure de La mystérieuse cacahuète jaune, Hortense Craquepote et moi, L’élixir du baron Von Rézin, tous parus chez Pierre Tisseyre.

En l’absence sur place de librairie avec une belle brochette de livres en français, rapporte la mentore en littératie pour la commission scolaire YK1, Caroline Roux, cet organisme offre aux professeurs et aux élèves de faire de belles découvertes chaque année. « Et, ajoute-t-elle, ça nous permet de valoriser la littératie, le livre. »


Pour se préparer, les élèves lisent des œuvres des auteurs invités et se renseignent sur eux. Lors de la venue de Mme Lambert, des élèves de 6e année ont décidé d’analyser un de ses romans et de lui imaginer une nouvelle fin. « Ça a donné de belles opportunités pour travailler la lecture », de dire Caroline Roux.


Lors de ces visites, Karine Lambert donne, mais reçoit également. « C’est très inspirant d’aller dans les classes, assure-t-elle, non seulement parce qu’on voit ce qu’aiment les élèves, mais parce que ça peut nous donner des idées. Écrire pour la jeunesse est un défi, il faut s’assurer que le vocabulaire qu’on utilise est riche, mais qu’on ne perd pas notre lecteur non plus, alors c’est un peu un travail de funambule. »


La romancière dit avoir été ébahie par la qualité du français des élèves et de voir une communauté francophone si vivante.

Un Nord imaginaire
Karine Lambert n’était jamais venue dans le Nord auparavant, mais étant originaire des Laurentides, elle dit avoir été toujours inspirée par les paysages enneigés et nordiques. Son roman, qui est en lice pour le prix du Gouverneur général, prend d’ailleurs place dans un Grand Nord imaginaire, où le Baron Von Rézin fatigué des guerres du Sud, a établi une petite communauté appelée Pinville.


Si l’œuvre s’adresse d’abord aux 9 à 13 ans, la romancière affirme que grâce à sa longueur et son texte assez touffu, elle a aussi eu du succès chez les adolescents plus vieux et les adultes.


Un jour, dit-elle, elle pourrait aussi s’inspirer de son voyage à Yellowknife, des corbeaux et des noirceurs sans fin pour un roman. En attendant, son prochain récit se situera, tout comme L’élixir du baron Von Rézin, dans le créneau policier.

Avec une collaboration de Maxence Jaillet


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.