Éditorial : La réflexion se poursuit

Dans toute l’industrie de la presse, la réflexion se poursuit quant au virage technologique. Ce n’est certainement pas une question nouvelle, même à L’Aquilon où un virage technologique s’opère depuis des années.
La question fondamentale est celle de la place du papier dans la propagation des nouvelles. Je ne parle pas de la propagation de l’information, mais bien de la nouvelle traitée de façon professionnelle. Il y a une énorme différence. De l’information, c’est de dire qu’un artiste quelconque sera en spectacle à une date déterminée et dans un lieu précis. De la nouvelle, ce sera d’annoncer certes ces informations, mais aussi de décrire davantage le type de spectacle, d’obtenir des témoignages tant de l’artiste que de gens du milieu : de cette façon les gens sauront à quoi s’attendre et prendront la décision d’assister ou non au spectacle.
Une partie importante de ce traitement repose sur des ressources humaines, indépendamment du médium utilisé.
Depuis quelques années, L’Aquilon offre la possibilité de recevoir un abonnement à la copie imprimée ou à une copie virtuelle du journal. Il y a encore plus d’abonnés à la copie papier, mais le nombre d’abonnés à la version PDF du journal ne cesse d’augmenter, atteignant plus de 200 abonnés. Sur un an, cela permet au journal d’économiser plus de 5000 $ annuellement.
La propagation de la nouvelle par L’Aquilon se fait aussi via son site web qui est plus ou moins bien adapté aux médiums mobiles comme les téléphones intelligents et les tablettes. L’ensemble du réseau de la presse francophone hors Québec essaie d’ailleurs de se doter d’une plateforme dite mobile mieux adaptée à nos besoins et à un moindre coût. Néanmoins, L’Aquilon rejoint près de 500 visiteurs uniques hebdomadairement d’un bout à l’autre du pays et ailleurs dans le monde (entre 2000 et 2500 visites mensuelles). Là aussi, on économise un peu sur la version papier (il faut quand même investir dans l’amélioration graduelle du site), mais la publicité ne suit pas, or il faut toujours payer ces gens qui produisent la nouvelle. Et c’est là que le bât blesse, surtout au niveau de la publicité du gouvernement fédéral, quand le gouvernement abandonne les journaux locaux et mise plutôt sur les médias des grands centres. Il faudra rajuster le tir.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.