Environnement : La réduction des gaz à effet de serre: Une priorité

08 mars 2012
0 Commentaire(s)

Le député de Weledeh, Bob Bromley demande au ministre de l’Environnement, Michael Miltenberger d’agir dans la lutte contre les gaz à effet de serre.

L’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest a connu des périodes houleuses ces dernières semaines. Le député de Weledeh, Bob Bromley a demandé des réponses quant aux actions entreprises pour la réduction des gaz à effet de serre. Ce dernier a qualifié l’inaction du gouvernement de crime contre l’humanité, des propos qui ont fait réagir les élus en Chambre.
« Lorsque j’ai utilisé ces propos, je ne parlais pas nécessairement de l’inaction du gouvernement en environnement. Je pense que le gouvernement fait des choses, mais qu’il y a toujours moyen de faire mieux. Lorsque j’ai dit cela, je parlais davantage d’une politique adoptée, il y a quelques mois, la stratégie pour les gaz à effet de serre. C’est une politique qui va permettre l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 100 % du niveau de 1990, d’ici 2020 », précise M. Bromley.
Le ministre de l’Environnement, Michael Miltenberger, se défend bien de l’inaction du gouvernement en terme écologique : « Je pense que si vous regardez les archives, nous avons fait plus que les précédentes législations. Nous avons injecté 16 millions de dollars dans les missions environnementales, la biomasse, le recyclage, les gaz à effet de serre, l’hydroélectricité, les éoliennes et les normes de construction. La majeure partie de l’argent a été donné pour aider les gens à changer leurs appareils pour des appareils écoénergétiques ».

Pour Bob Bromley, l’utilisation de l’expression « crime contre l’humanité » était tout à fait justifiée, puisque des millions de personnes décèdent chaque année de l’impact des changements climatiques sur leur environnement. « Le problème selon moi n’est pas vraiment lié aux mots que j’ai employés. C’est plutôt le fait que les gens meurent en raison des changements climatiques et que nous, aux Territoires du Nord-Ouest, nous augmentons les émissions de gaz à effet de serre de 100 %. Mon point principal était de renverser ces politiques pour recentrer nos objectifs environnementaux », affirme le député de Weledeh.

Des actions pour le futur

Le gouvernement des TNO est conscient des impacts du réchauffement climatique sur son territoire et a déjà mis en place une série de plans et d’actions pour en diminuer les effets. Il reste toutefois plusieurs enjeux auxquels le ministre de l’Environnement entend s’attaquer : « Il faut voir comment on doit s’adapter aux changements du climat et ce que nous pouvons faire pour changer notre utilisation de l’énergie, pour diminuer notre empreinte de carbone. Investir des millions et des millions de dollars dans la biomasse, l’énergie solaire, le recyclage, toutes ces choses qui peuvent nous permettre de réduire notre empreinte de carbone ».
Ce qui rejoint également la pensée de M. Bromley, qui croit que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest doit investir davantage pour réduire son empreinte carbonique, mais de façon différente, comme cela a été fait en Ontario.

M. Miltenberger conclut que ses objectifs ultimes sont : « De s’assurer qu’on a un équilibre entre la terre, l’eau, les animaux, les gens et les ressources pour qu’on puisse transmettre tout cela aux générations futures, en bon état ».