Le Canadien de Montréal : La profondeur et ses résultats

28 novembre 2013
0 Commentaire(s)


(28 novembre 2013) Lorsque le 1er juillet arrivait, le mot d’ordre du directeur général, Marc Bergevin, était d’accroître la profondeur de son club à toutes les positions. Alors que les fans attendaient la signature de gros noms, Bergevin nous annonçait la signature de Bouillon, de Murray ou de Brière, des joueurs marginaux ou en fin de carrière qui n’auraient pas d’impact important sur les succès du club.
Or voilà qu’en début de saison, trois défenseurs se sont retrouvés sur la liste des joueurs blessés : Emelin, Murray et Drewiske. Si j’aime bien la progression du jeune Emelin, il faut reconnaître que ces absents ne constituent pas des défenseurs de premier plan. Ce n’est pas comme si Markov ou Subban s’étaient blessés. Ce qui étonne, c’est le nombre de joueurs blessés et l’absence d’impact que cela a eu sur le club.
Depuis le début de la saison, le club figure parmi les équipes de tête pour son jeu défensif. En effet, n’ayant accordé que 51 buts en 24 matchs, le club est au deuxième rang dans la LNH pour la moyenne de buts accordés par match à 2,04. De plus, le club est au 11e rang pour l’efficacité de son jeu en désavantage numérique avec un pourcentage d’efficacité de 83,5 %.
Pas pire pour un club ravagé par les blessures à sa brigade défensive. Il va sans dire que le brio de Price et de Budaj a joué un rôle important, tout comme l’accent mis sur les responsabilités défensives des joueurs d’avant.
Les trios de joueurs d’avant n’ont pas été épargnés par les blessures. Pacioretty (9 matchs ratés), Brière (10), Moen (5) et Prust (11) ont tous raté quelques matchs depuis le début de la saison. Et maintenant, voilà que Bourque tombe au combat à son tour alors que les autres joueurs reviennent dans l’alignement.
L’absence de Pacioretty est celle qui s’est fait le plus sentir. Après tout, il a été le meilleur pointeur du club au cours des deux dernières années. De plus, lui et Desharnais en arrachaient considérablement en début de campagne et alors que tous attendaient un déclic entre ces deux joueurs, Pacioretty a subi sa blessure.
En raison des contre-performances du duo Desharnais-Pacioretty, de l’accent mis sur les responsabilités défensives et de nombreux blessés, le club n’a pas une fiche reluisante en attaque. Avec une moyenne de buts comptés de 2,64 par match, le club est en milieu de peloton au 16e rang dans la LNH.

Un regain d’énergie
Le club a commencé le mois de novembre avec quatre défaites dont une en prolongation et les critiques ont fusé de toute part. Mais voilà maintenant que le club présente une fiche de six victoires, une défaite et une défaite en prolongation au cours des huit derniers matchs. Il est impossible de ne pas remarquer que cela se produit alors que plusieurs joueurs sont rétablis de leurs blessures, et aussi, alors que Pacioretty a finalement explosé offensivement (cinq buts en trois matchs la semaine dernière).
Soudainement, la situation du club ne semble pas aussi précaire qu’il y a deux semaines à peine. Vive la profondeur qui a permis au club de ne pas trop sombrer au classement malgré toutes les blessures.