Journée mondiale contre l’hépatite : La prévention est la clé

08 septembre 2011
1 Commentaire(s)

Une personne sur douze à travers le monde serait infectée par une hépatite.

Le 28 juillet dernier était la Journée mondiale contre l’hépatite. Dans le cadre de cet événement, Réseau TNO santé en français, en collaboration avec le Northwest Territories HIV and Hepatitis C Support Network, a tenu un kiosque d’information dans le but de sensibiliser la population de Yellowknife aux dangers que représentent les hépatites pour la santé. Une infirmière en santé publique et un représentant du ministère de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest étaient aussi présents afin de faire de la prévention.

« Une personne sur douze à travers le monde a l’hépatite, selon nos statistiques. Ce que nous avons fait, le 28 juillet, c’est de sensibiliser la population afin que les gens aillent se faire tester s’ils en ressentent le besoin », explique Jean de Dieu Tuyishime, coordonnateur de Réseau TNO santé en français. Il ajoute qu’il n’existe aucun vaccin contre l’hépatite C, contrairement aux hépatites A et B. De plus, il n’existe pas de remède pour les personnes infectées de l’hépatite, ce qui rend la prévention primordiale.

Il ajoute que les effets de l’hépatite dépendent du stade de l’infection et que les gens qui en sont atteints ne présentent aucun symptôme lors des premiers mois. « L’hépatite est une infection du foie et c’est une infection chronique, donc les fonctions du foie s’en trouvent diminuées. Dans les cas extrêmes, on note des cancers du foie ou des cirrhoses. Dans la vie courante, ceux qui vivent avec l’hépatite ont plus de fatigue chronique, sont sujets à d’autres maladies, leurs systèmes immunitaires étant affaiblis, et synthétisent mal les médicaments. »

Jean de Dieu Tuyishime souligne que la contamination peut se faire de plusieurs façons. « Lors de tatouage ou de piercing, si l’équipement est mal stérilisé, cela peut causer une infection », dit-il. « L’utilisation de drogue prise par injection augmente aussi beaucoup les risques de contamination puisque les seringues sont souvent partagées par plusieurs personnes. »

En plus de faire des campagnes d’information et de sensibilisation en lien avec plusieurs enjeux, le Réseau TNO Santé met de l’avant des initiatives visant à assurer aux francophones des Territoires du Nord-Ouest l’accès, en français, à toute la gamme de soins et de services de santé de qualité offerts par les établissements hospitaliers et autres organismes de santé.

Réseau TNO Santé informe le ministère de la Santé et des Services sociaux des questions ayant trait aux politiques pouvant affecter l’état de santé et l’accessibilité aux services de santé au sein de la communauté francophone. Cet organisme coordonne également les programmes pour aider les administrations de santé à mettre en œuvre des activités visant les francophones.

 


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 24 août 2011, 01 h 57
La prévention est la clé de l'hépatite B. Le vaccin contre l'hépatite B n'est pas sans conséquence car pouvant emballer le système immunitaire développant ainsi des DES maladies auto-immunes selon LE patrimoine génétique (H.L.A): DR2 DR15 SEP - DQ2 DQ8 Coelliaque - Diabète I - B27 sondyartrithe ankylosante etc...