#PJP2018 : La jeunesse au sénat

Kiera Boulanger-Rowe (Crédit photo : Studio Versa/Mathieu Girard Photographe)

Kiera Boulanger-Rowe (Crédit photo : Studio Versa/Mathieu Girard Photographe)


La jeunesse franco-canadienne se retrouve sur la colline Parlementaire dans le cadre du Parlement Jeunesse Pancanadien (PJP) pour une simulation parlementaire francophone.

Cette simulation parlementaire s’est déroulée au sénat canadien situé au parlement. La centaine de participants ont rempli les sièges du sénat à titre de députés de vraies circonscriptions de partout au Canada.


Lors de la simulation, ces 100 participants étaient divisés en trois partis politiques pour débattre des projets de loi d’importance sur le plan de la politique internationale. Les projets de loi en question portaient sur la bioingénierie, les frontières, les aînés canadiens, un mandat de loisir national et l’implication du Canada dans l’OTAN.


Bien que le débat et les amendements se soient bien déroulés, j'étais vraiment surprise par les connaissances politiques et judiciaires de l’audience. Le PJP accueille des jeunes de 14 à 25 ans et cette génération a pu s’exprimer éloquemment en parallèle avec les invités spéciaux, notamment la juge Michèle O'Bonsawin, première juge de la nation Abénaquis nommée au Canada. Les participants ont posé des questions par rapport à la revendication des territoires, la réconciliation, les droits légaux que la jeunesse possède. À la suite de la séance avec l'honorable Michelle O'Bonsawin, la FJCF a mené une activité pour établir les priorités de la jeunesse francophone; les participants ont formé des groupes pour prioriser les fonds du gouvernement.


Bien que cette jeunesse vienne de partout au Canada, elle partage des idées et des inquiétudes similaires : le sous-financement des écoles francophones, le manque de variété de cours offerts au secondaire et l'éducation postsecondaire francophone.


Les rassemblements jeunesse sont essentiels au réseautage des jeunes et au progrès de la francophonie. Le simple fait de rassembler les individus d'expression française mène à l'épanouissement intellectuel, politique et culturel des jeunes.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.