La francophonie mondiale

 

Quand la francophonie ténoise s’intéresse à toutes les autres cultures, c’est qu’on a fait un grand bout de chemin. Vous vous en doutez, il y a de plus en plus de francophones qui viennent élargir les frontières des Franco-ténois. Récemment, une anecdote a été racontée à une ministre fédérale en tournée à Yellowknife.

« Dans les années 2000, la francophonie était perçue comme exclusivement faite pour les Québécois. On disait, c’est les gens qui s’impliquent qui vont faire changer les choses ou apporter de la diversité. Comme de raison, un couple venant de l’Acadie s’est impliqué dans les activités culturelles et on a commencé à avoir de plus en plus d’activités impliquant le bleu blanc rouge étoilé. Quelques années passent et on en a fait des tintamarres. La francophonie évolue avec les gens qui sont là. Peut-être, une activité qu’on a toujours faite c’est la pétanque… mais bon!»


Alors, à quand les activités francophones provenant du Cameroun ou du Sénégal? Cette Semaine de l’immigration francophone est une façon de célébrer notre franco-ténoiserie, notre canadienneté, notre réalité yellowknifoise ou foin-riveraine. D’ouvrir grand les portes de nos communautés, d’inviter et d’inclure le plus de gens possible. Si vous participez à une de ces interactions amicales, envoyez une photo… L’Aquilon est avide de matériel documentant ces échanges communautaires.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.