Chronique TNO Santé : La dépression saisonnière

24 novembre 2011
0 Commentaire(s)

Ça y est! C’est reparti. Les journées se raccourcissent, la luminosité diminue et certaines personnes de notre entourage manifestent déjà des sautes d’humeur. Je ne parle pas des températures basses. C’est l’hiver. Mais existe-t-il réellement des effets biologiques de la lumière sur le cerveau et le comportement humain?

En effet, la dépression saisonnière, aussi appelée trouble affectif saisonnier (TAS), entraine une baisse d’énergie et des sautes d’humeur. Elle se manifeste de façon récurrente au début de la saison froide et s’estompe naturellement lorsque revient le printemps. De l’avis de certains spécialistes, le TAS résulterait d’un dérèglement de deux principaux neurotransmetteurs présents dans le cerveau et dans l’œil, la sérotonine et la dopamine. Cette perturbation surviendrait à la suite de la diminution de la photopériode à l’automne. Une dépression saisonnière non traitée peut se transformer en véritable dépression majeure. D’ailleurs, cette maladie est aujourd’hui reconnue par le Diagnostic and Statistical Manual (quatrième édition).

Quelques statistiques
Quelque 900 000 Canadiens seraient touchés par la dépression saisonnière.
75 % des personnes qui souffrent de ce type de dépression sont des femmes, mais les enfants et les adolescents peuvent aussi souffrir de ce problème.
Les travailleurs de nuit ou les personnes qui travaillent ou qui vivent dans un endroit peu ou mal éclairé peuvent aussi en souffrir, même en été.
L’amplitude des difficultés saisonnières peut varier d’une personne à une autre.

Principaux symptômes
Fatigue - Humeur dépressive - Tristesse
Augmentation de l’appétit
Envie irrésistible d’hydrates de carbone et de féculents
Prise de poids
Augmentation des heures de sommeil
Désir de s’isoler
Perte d’intérêt pour les activités habituelles
Difficulté à se concentrer
Difficulté à respecter des échéances
Baisse de la libido
Malaises physiques (plusieurs personnes ont l’impression d’avoir la grippe tout l’hiver)

Que faire pour mieux traverser les mois d’hiver?
- Prendre une marche quotidienne à la lumière du jour, de préférence le matin, permet de profiter à la fois de la lumière et de l’activité physique qui a aussi un effet antidépresseur.
Continuer à agir comme en été en poursuivant des activités régulières qui tiennent actif et motivé.
S’exposer à une lumière intense fournie par une lampe de luminothérapie (aussi appelée photothérapie), de préférence le matin, en lisant, déjeunant ou travaillant à l’ordinateur, pendant 30 minutes à une heure et demie par jour peut être efficace.
Mais surtout, reconnaître les symptômes de la dépression saisonnière le plus tôt possible permet de s’ajuster avant qu’ils ne soient trop importants. Un suivi par un professionnel peut aider à surmonter la dépression saisonnière en travaillant sur les attitudes négatives et les comportements.