La commissaire aux langues démissionne

20 mars 2015
0 Commentaire(s)

La commissaire aux langues des Territoires du Nord-Ouest a remis sa démission le 13 mars dernier.
Tout juste 14 mois après son entrée en fonction, la Commissaire aux langues, Snookie Catholique, se retire de ses fonctions, citant des raisons personnelles.
Son départ intervient quelques jours seulement après que sa fille, Shene Catholique-Valpy, eut, elle-même, déposé une plainte auprès du Commissariat aux langues.
Shene Catholique-Valpy affirme ne pas avoir pu enregistré sa fille âgée d’un an auprès du directeur de l’état civil du territoire parce que celui-ci refuserait d’inclure dans son nom légal un symbole diacritique propre aux langues dénées. Cette affaire a bénéficié d’une couverture médiatique nationale.
La compétence de la Commissaires aux langues avait été questionnée, quand huit mois après son assermentation, elle avait admis n’avoir effectué le traitement d’aucune plainte, estimant ne pas avoir les ressources nécessaires pour accomplir ce travail. De l’aveu même de Mme Catholique, le traitement d’une douzaine de plaintes était alors en suspens.
La réception et le traitement des plaintes du public portant sur l’application de la Loi sur les langues des TNO est la première responsabilité du Commissaire aux langues.
Durant son court passage au Commissriat, le bureau de Mme Catholique avait déménagé à trois reprises.
C’est la juriste Shannon Gullberg, qui a occupé la fonction de Commissaire aux langues de 2004 à 2009 qui assurera l’intérim jusqu’à nouvel ordre. Originaire de l’Alberta, Mme Gullberg est une anglophone unilingue.
Le jour même de sa nomination, cette dernière assurait au journal être parée à s’atteler à la tâche. Elle dit être d’ores et déjà en mesure de recevoir et de traiter les plaintes du public.
Appelé à commenter l’affaire, le président de la Fédération franco-ténoise (FFT), Richard Létourneau, s’est dit surpris du départ hâtif de la Mme Catholique. Il estime néanmoins que la fonction prime sur la personnalité qui l’occupe.
« Le commissariat n'est pas une question d'individus, affirme M. Létourneau, mais de structure. Nous voulons plus d'employés permanents avec des compétences légales et linguistiques, et plus de suivi des dossiers. »
Le président de la FFT annonce l’intention de l’organisme de défense des droits des francophones de déposer bientôt un mémoire sur le Commissariat aux langues des TNO. Ce mémoire comprendra notamment des recommandations concernant le personnel et l’espace physique de l’office.
M. Létourneau salut en outre le retour inopiné de la Commissaire Gullberg.
« À ma connaissance, Shannon Guilberg est une de celles qui a le mieux compris son rôle, une des plus compétentes », laisse-t-il tomber.
La loi sur les langues des TNO reconnait 11 langues officielles aux territoires du Nord-Ouest, dont le français.