La colonne du 21 avril 2017

20 avril 2017

Premiers soins en santé mentale
Grâce à Réseau TNO Santé, Sylvie Francoeur et Roxanne Valade offriront un cours gratuit de premiers soins en santé mentale. L’atelier vise à outiller les participants à mieux comprendre ce que sont les troubles liés à l’utilisation de substances, à l’humeur, à l’anxiété ainsi que les troubles psychotiques.

Le cours vise deux objectifs principaux : diminuer les stigmas associés à la santé mentale et donner les outils pour intervenir en cas de crises. Trois options de dates : la fin de semaine du 6 et 7 mai, du 27 et 28 mai, ou du 6 et 7 juin. Pour s’inscrire à l’une de ces fins de semaine, Appelez au 867-446-9363.


Soutien d’un accompagnant non médical pour les femmes enceintes
Santé Canada a annoncé, le 18 avril, que les femmes enceintes bénéficiant du programme fédéral des services de santé non assurés, qui doivent se déplacer hors de leur collectivité d’origine pour accoucher, pourront désormais avoir le soutien d’un accompagnateur non médical.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux accordera également cette prestation aux résidents admissibles en vertu de la Politique sur le régime d’assurance-maladie pour les Métis et aux femmes enceintes non autochtones.


Rencontre entre la GRC et les nouveaux arrivants
Le Centre d’accueil d’immigration francophone de la FFT, en collaboration avec le Collège Aurora, invite les nouveaux arrivants à venir rencontrer la GRC au Manor Aven, le 24 avril. L’objectif de la rencontre est de permettre aux nouveaux immigrants de mieux comprendre le rôle et les missions de la police, pouvant être perçus différemment, selon la culture et l’origine de chaque immigrant, indique le Centre d’accueil d’immigration francophone aux TNO.

L’organisme espère qu’en contrepartie, les nouveaux arrivants connaitront plus les droits et les responsabilités des citoyens canadiens. L’objectif de la rencontre est également de dissiper les préjugés qu’ont certains agents à l’égard de tout immigrant. Cette activité est gratuite et destinée aux immigrants francophones et anglophones.


Le bison des bois sur la liste des espèces en péril

Le 19 avril, la Conférence des autorités de gestion des Territoires du Nord-Ouest a inscrit le bison des bois à la liste des espèces en péril des TNO en tant qu’espèce « menacée ». Les bisons des bois sont confrontés à de nombreuses menaces graves aux TNO, notamment des maladies infectieuses (fièvre charbonneuse, tuberculose, brucellose), la prédation, la mortalité d’origine humaine, et la perte d’habitat.

Par ailleurs, ils sont peu nombreux dans le territoire (moins de 2500 animaux au total) et le déclin de la population est évident. Aucune interdiction ou mesure de protection automatique n’est associée à l’inscription d’espèces en vertu de la Loi sur les espèces en péril des TNO. L’inscription du bison des bois à titre d’espèce « menacée » signifie qu’il est indispensable de mettre sur pied une stratégie de rétablissement de l’espèce dans un délai de deux ans.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.