Comité sur les changements climatiques : La biomasse mise de l’avant

15 octobre 2009
0 Commentaire(s)

Le ministre Michael Miltenberger annonce que le Comité mixte sur les changements climatiques, dont il fait partie, déposera l’ébauche d’un plan sur l’utilisation d’énergies renouvelables aux Territoires du Nord-Ouest, d’ici la prochaine session.

 

Les situations, comme celle qui se produit actuellement à la centrale hydroélectrique Taltson, sont « une bonne leçon pour ne pas oublier qu’il faut travailler fort vers les énergies renouvelables », affirme le ministre Miltenberger qui compte bien travailler vers un monde d’alternatives très bientôt.

Cette initiative est née, entre autres, des conclusions tirées d’un voyage réalisé par Bob Bromley, député de Weledeh, et son collègue, David Krutko, député du Delta Mackenzie, du 25 avril au 7 mai dernier. Cette expédition au Danemark, dans le sud de la Suède et de la Finlande, leur a permis d’en apprendre davantage sur les méthodes de nos voisins européens. « Cela ne sert à rien d’apprendre dans notre coin », soutient le ministre pour faire valoir l’expérience de ces pays en matière d’énergies renouvelables, en particulier avec la biomasse.

À leur retour, M.Bromley et M.Krutko ont mis en commun tous les acquis amassés avec les deux autres membres du comité; M. Miltenberger, ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles et Michael McLeod, ministre responsable des Infrastructures. Ensemble, ils ont élaboré des projets qui nécessiteraient 60 millions de dollars étalés sur les quatre prochaines années. Ces projets toucheraient notamment, la mini centrale hydroélectrique à Lutselk’e, la conversion de plusieurs édifices gouvernementaux au chauffage de granule de bois, l’exploitation de la géothermie à Yellowknife et de l’énergie éolienne à Tuktoyaktuk. Ils comptent le présenter durant la session en cours aux autres membres de l’Assemblée législative.

Selon le ministre Miltenberger, les pays européens visités travaillent fort à être moins dépendants de leurs énergies fossiles. Actuellement, le baril de pétrole tourne autour de 74 $ et « il ira en montant », d’où, entre autres, la nécessité de se tourner vers d’autres alternatives.

Les participants qui ont pu s’entretenir avec beaucoup de gens concernés par ces réalités, au courant de leur voyage. Ils ont rencontré des personnes faisant partie des grosses industries, du gouvernement, des communautés et des entreprises privées.

« Dans les grandes industries, ils utilisent beaucoup le chauffage à la biomasse », explique M.Bromley. Ce type de chauffage consiste à éliminer les matières organiques (souvent du bois) dans un grand réservoir, à l’aide d’une chaudière à tube d’eau. L’eau chaude extraite de la chaudière se rend dans la tuyauterie et fournit la chaleur nécessaire au chauffage de l’établissement. Il s’établit une rotation entre l’eau chaude qui sort de la chaudière et l’eau froide qui revient à la chaudière après avoir circulé dans les tuyaux. Ce type de chauffage est déjà utilisé dans plusieurs écoles et à la piscine municipale de Yellowknife, l’idée serait donc de répandre cette pratique. Pour Bob Bromley, ce voyage a été inspirant : « Ça nous a prouvé qu’il peut devenir commun et routinier d’utiliser ce type d’énergie, que ce n’est pas fou de le faire! » En plus d’être simple et facile à adopter, cette technologie aiderait à créer de nombreux emplois et ainsi, stimuler l’économie. Ces actions pourraient aussi s’inscrire dans le plan d’initiatives stratégiques pour Réduire le coût de la vie, réalisé pour alléger les coûts exorbitants qu’ont déboursé les Ténois pour accéder au chauffage et à l’électricité.

Cet article a été réalisé en collaboration avec Maxence Jaillet.