Éditorial : La bêtise humaine

15 janvier 2015
3 Commentaire(s)

Un drame sanglant a ébranlé le monde des médias la semaine dernière avec la fusillade qui a réclamé la vie d’une douzaine de personnes dans les bureaux d’un hebdomadaire français, dont des dessinateurs, du personnel administratif et des policiers.
Comme tous les massacres au cours des derniers mois, ce dernier a reçu sa part de couverture médiatique, et un peu plus. En effet, pour le monde des médias, c’était un peu comme de la famille éloignée qui venait d’être fauchée par des terroristes.
Et on en a entendu des hyperboles : un crime contre le droit à l’information ou un crime contre la liberté d’expression. Je ne me souviens pas que les médias aient fait autant de couverture de l’indignation des gens dans d’autres attentats terroristes sanglants, sauf le spectaculaire attentat du World Trade Center qui a coûté la vie à près de 3000 victimes.
Oui, ça attriste et ça touche de près de voir tous ces gens abattus parce qu’ils croyaient en la liberté d’expression, mais ma première réaction a été de penser aux excès qui allaient inévitablement suivre.
Ça n’a pas tardé. Dès le lendemain, les extrémistes nationalistes allemands, français, anglais et danois s’insurgeaient des conséquences de laisser entrer au pays des étrangers. Ça ne vous fait pas rire, vous, de voir ça? Moi non plus, mais c’est quand même ridicule.
Oui, les religions ont été la cause de bien des maux de l’humanité, des croisades de jadis, aux massacres de musulmans du Myanmar par des moines bouddhistes, en passant, plus près de nous, par l’inquisition et les mauvais traitements des prêtres dans les écoles résidentielles. Il faut aussi compter dans ce tas les dizaines de milliers de victimes de la révolution culturelle de Mao qui désirait notamment éradiquer les religions bouddhistes et chrétiennes de la Chine.
Par contre, ces atrocités religieuses ne sont rien comparées aux atrocités commises par les nationalistes xénophobes de tout acabit. Ce n’est pas par dizaines, mais bien par millions que se comptent les victimes juives du nationalisme nazis d’Allemagne. C’est par milliers aussi que se comptent les victimes des massacres ethniques qui ont cours depuis des décennies entre nations africaines.
Les religions et la xénophobie ne sont évidemment pas les seules causes des grands massacres. Le politique et l’économie ont aussi été à la base de bien des massacres, comme l’invasion des Amériques par les Européens, les purges de Staline en Russie ou les multiples invasions de l’Irak et de ses ressources pétrolières.
Plus que simplement la religion, la xénophobie, la politique ou l’économie, il semble que c’est simplement la nature humaine qui est à la base de notre Histoire — avec un grand H — d’horreur en excusant son barbarisme par des constructions conceptuelles sociales.
Les prochaines victimes de Charlie Hebdo ne seront probablement pas les musulmans, mais bien les idiots de tout acabit et les chantres du racisme et de la xénophobie... du moins, je l’espère.
 


Tous les commentaires (3)

Écrit par Anonyme, 16 janvier 2015, 10 h 39
Le bouddhisme est une religion de paix. Votre éditorial est basé sur des fausseté.
Écrit par Alain Bessette, 16 janvier 2015, 10 h 54
NDLR Voici quelques liens pour vous aider à mieux comprendre la réalité. Aucune religion n'est exempte d'horreur, tout comme aucune philosophie politique ou économique. Elles ont toutes des mains ensanglantées du sang d'autrui. http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/09/21/2594839_les-massacres-bouddhistes.html http://www.nytimes.com/2013/06/21/world/asia/extremism-rises-among-myanmar-buddhists-wary-of-muslim-minority.html?pagewanted=all&_r=0
Écrit par Anonyme, 16 janvier 2015, 15 h 08
L'Islam aussi est une "religion de paix". "Islam" signifie "paix" en arabe, d'ailleurs. Ça n'empêche pas certains de ses disciples de commettre des gestes de haine. Comme le Christianisme, l’indouisme ou l'athéisme, le bouddhisme n'est pas exempt de dérives haineuses. Les violences religieuses au Myanmar en sont un bon exemple. On pourrait également citer l'expropriation et la déportation de la minorité indouiste du Bouthan par la théocratie bouddhiste au pouvoir. J'applaudis l'intégrité d'Alain Bessette qui a le courage de dénoncer l'intégrisme sous toutes ses formes et confession. C'est justement à ça que ça sert la liberté de presse.