Immigration : La FFT et CDETNO veulent offrir des services bilingues

30 juillet 2015
0 Commentaire(s)
Un exemple de partenariat entre la FFT et le CDÉTNO, lors d'un salon de l'immigration ce printemps. (Archives L'Aquilon)

Un exemple de partenariat entre la FFT et le CDÉTNO, lors d'un salon de l'immigration ce printemps. (Archives L'Aquilon)

- Les services bilingues nous permettrons d'augmenter le nombre de clients et d'activités. Jean de Dieu Tuyishime
 

La Fédération franco-ténoise (FFT) et le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO) veulent désormais offrir des services bilingues. Ils devraient savoir à la mi-décembre si Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) leur accordera, pour trois ans, un budget global d'environ 2 M$.
Dans son appel d'offres du 22 juin, souligne le directeur général du CDÉTNO, Antoine Gagnon, CIC annonçait qu'il favoriserait dorénavant les offres de services bilingues. La démarche du CDÉTNO et de la FFT émane de cette politique fédérale.
Le directeur général de la FFT, Jean de Dieu Tuyishime, assure que son organisme ne perdra pas son identité avec ses nouveaux services bilingues et qu'au contraire, les Francophones en bénéficieront. « Nous allons, affirme-t-il, récupérer les [immigrants] francophones qui allaient ailleurs. Les services bilingues nous permettront d'augmenter le nombre de clients et d'activités et nous donneront plus de visibilité. » Le coordonnateur du Centre d'immigration francophone – Immigration TNO, Nicolas Carrière, suppute que la nouvelle orientation ferait passer le nombre de clients desservis annuellement de 20 à 200. Les deux hommes s'attendent à ce que la commission scolaire et autres organismes francophones en bénéficient.

Activités
Le CDÉTNO offre déjà quelques services en anglais et en français, comme le café emploi et le Carrefour carrières, mais entend pousser plus avant son offre bilingue dans l'intégration économique des immigrants avec un budget sommairement évalué à 750 000 $. Ce montant servirait entre autres, énonce Antoine Gagnon, à engager un nouvel agent d’immigration, de recrutement et d’employabilité, à refaire la stratégie en immigration de l'organisme, à assurer une plus grande présence à Hay River, Inuvik, Norman Wells et Fort Smith. Enfin, une partie de la subvention serait consacrée à la tenue d'un éventuel Forum panterritorial en immigration en 2017.
Comme le résume Nicolas Carrière, la FFT demande 1,17 M$ pour l'évaluation des besoins et l'aiguillage des immigrants, l'information et l'orientation et la connexion communautaire. Parallèlement, la FFT a demandé d'autres subsides à CIC pour poursuivre sa coordination du Réseau en immigration francophone des Territoires du Nord-Ouest.
Le gouvernement ténois participera-t-il au financement des nouveaux services bilingues, lui qui a fait de l'immigration une des pierres angulaires du développement économiques des TNO? Ni M. Carrière, ni M. Tuyishime n'ont voulu répondre à cette question; ils sont actuellement en pourparlers avec le gouvernement ténois pour l'obtention d'un financement de services aux citoyens canadiens s'installant aux TNO.
Jean de Dieu Tuyishime et Nicolas Carrière ont tenu récemment une rencontre avec leurs homologues de la Fédération des communautés canadiennes et francophones. Il en ressort que la FFT serait le seul organisme canadien du genre à offrir des services bilingues.