Immigration : La FFT en mode séduction

25 juin 2015
0 Commentaire(s)
Dans l'ordre habituel, Marc-André LaPlante (agent de projet FFT), Nicolas Carrière (Coordonnateur immigration FFT) et Audrey Marceau (agente en recrutement, immigration et employabilité, CDÉTNO) ont fait valoir à Montréal la qualité de vie et les emplois du Nord. (Source Centre d'accueil francophone — Immigration TNO)

Dans l'ordre habituel, Marc-André LaPlante (agent de projet FFT), Nicolas Carrière (Coordonnateur immigration FFT) et Audrey Marceau (agente en recrutement, immigration et employabilité, CDÉTNO) ont fait valoir à Montréal la qualité de vie et les emplois du Nord. (Source Centre d'accueil francophone — Immigration TNO)

 

Tirer profit de la mobilité des francophones

 

Selon un rapport de Statistiques Canada, de tous les immigrants, les francophones sont ceux qui ont la plus haute mobilité. C'est afin de les attirer au Nord que la Fédération franco-ténoise a accompagné le Conseil de développement économique des TNO au Salon de l'immigration et de l'intégration au Québec les 9 et 10 juin.
C'était la première fois que la FFT se déplaçait hors territoire pour faire la promotion de la vie en français aux TNO. Et ça a valu la peine, assure le coordonnateur du Centre d'accueil francophone — Immigration TNO Nicolas Carrière. « Il faudra attendre pour mesurer les retombées, mais nous sommes très satisfaits. Quatre cent personnes nous ont laissé leur adresse courriel en deux jours. C'est vraiment énorme. »
La participation à l'événement semble assez prometteuse pour que la FFT envisage de participer à un événement analogue à Vancouver. Cette ville attire beaucoup de francophones participant au programme vacances-travail qui pourraient venir aux TNO dans le cadre du programme des candidats, note M. Carrière.

Portrait
Le Salon de l'immigration et de l'intégration, qui en est à sa 4e édition, se tient à Montréal; Desjardins en est un important commanditaire, note Nicolas Carrière, et le magazine des chercheurs Jobboom y occupe une grande place. On retrouve également des représentants de l'Ontario parmi les gens tenant des kiosques. La tâche d'Immigration TNO dans ce type d'événement est de faire connaître les TNO, alors que le CDÉTNO est là pour faire du recrutement pour les employeurs ténois. « Nous donnons de l'information, précise Nicolas Carrière, nous traçons un portrait de la vie chez nous. Les gens sont surpris qu'il y a des francophones chez nous. Ils posent évidemment des questions sur la température, mais au moment du salon, il faisait plus chaud à Yellowknife qu'au Québec. Mais ils s'intéressent surtout à l'emploi et à l'éducation. »
Les structures de l'immigration, aux TNO et ailleurs, pourraient changer radicalement en 2016. À l'instigation du fédéral, le projet d'un guichet unique, d'abord virtuel puis physique, est sur la table, qui réunirait tous les intervenants dans le domaine.

Partenariats
Du côté du Conseil de développement économique des TNO (CDÉTNO), on s'est également déclarés très satisfaits de ce passage au Salon de l'immigration et de l'intégration au Québec et on envisage de répéter l'expérience à Montréal ou ailleurs. « Nous avons rencontré beaucoup de chercheurs d'emplois bilingues, rapporte l'agente en recrutement, immigration et employabilité Audrey Marceau. Ils étaient qualifiés dans des domaines très différents, comme la comptabilité, l'enseignement, la santé, l'administration, les mines. » À son retour, Audrey Marceau a envoyé à toutes les personnes intéressées un courriel donnant des informations supplémentaires sur les TNO et cinq personnes ont communiqué de nouveau avec elle.
De surcroît, le CDETNO a amorcé des partenariats au Québec qui pourraient contribuer à l'essor de la francophonie aux TNO. Le Service d'aide aux Néo-Canadiens à Sherbrooke, par exemple, a demandé à Mme Marceau de monter des ateliers en ligne sur le profil socioéconomique des TNO. « C'était la première fois que nous allions à ce Salon, conclut Audrey Marceau, et nous sommes contents d'y avoir été avec la FFT. Le bilan est très positif. »