Parents francophones : La CNPF se cherche une nouvelle direction générale

28 janvier 2016
0 Commentaire(s)

Après deux ans d’intérim à la direction générale de la Commission nationale des parents francophones, Ghislaine Pilon va céder sa place à la fin mars. L’organisme fondé en 1979 est à la recherche de candidats pour combler le poste.
Selon l’appel de candidatures, il est attendu que le ou la titulaire « exercera un leadership et une influence sous différents aspects : administration, gestion humaine et financière, communication et représentation ».
Depuis 2013, la Commission assume sa mission avec une subvention annuelle de 200 000 $ qui limite son champ d’action au maintien de la gouvernance et de partenariats.
« Le financement de Patrimoine canadien pour la programmation est stable depuis plusieurs années, explique la présidente Véronique Legault, de la Nouvelle-Écosse. Il permet à notre organisme d’embaucher une direction permanente. La CNPF a plusieurs projets intéressants qui devraient se concrétiser dans les prochains mois. »
Comme pour d’autres organismes nationaux, les difficultés de la CNPF remontent à la fin de la Feuille de route fédérale pour les langues officielles 2008-2013. Un investissement annuel d’envergure d’Emploi et Développement social Canada permettait de poursuivre les objectifs suivants : la sensibilisation au développement de la petite enfance et l’amélioration de l’accès aux programmes et services offerts dans les communautés francophones.
L’organisme est encouragé par l’évolution du nouveau ministère de la Famille, des Enfants et du Développement social. « On est toujours à la recherche d’une politique nationale en développement de la petite enfance, a déclaré Ghislaine Pilon. On ne veut pas de projets pilotes, mais un système national sous l’article 23. »
La lettre de mandat du ministre suscite des espoirs. Une des grandes priorités vise à « lancer des consultations auprès des provinces et des territoires ainsi que des peuples autochtones relativement à un cadre national sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants en tant que première étape vers des services de garde abordables, de grande qualité, flexibles et véritablement inclusifs. »
L’organisme tentera prochainement de rencontrer les ministres Jean-Yves Duclos, de FEDS Canada, et Mélanie Joly, de Patrimoine canadien.
La CNPF continue à coprésider avec la Fédération nationale des conseils scolaires francophones un comité national responsable du volet petite enfance du Plan stratégique sur l’éducation de langue française.
L’accueil de jeunes enfants et de leurs parents est la porte d’entrée à l’école française, affirment les partenaires. « Le lien étroit entre les programmes et services en développement de la petite enfance et le système scolaire francophone constitue la clé de voute pour favoriser un continuum d’éducation en langue française… »