Les Inuit de l'ouest ont d'autres priorités : L'ouest après la division

16 avril 1999
0 Commentaire(s)
Avec la création du Nunavut, 20 000 Inuit ont confirmé leurs droits de propriété sur une portion des terres de ce vaste territoire ainsi que leur autonomie gouvernementale. Toutefois, à l'ouest des territoires habitent quelque 2 800 Inuit qui négocient aussi la possibilité de pouvoir un jour diriger leur propre gouvernement. Pourquoi ont-ils choisi de faire cavalier seul dans cette lutte à l'autodétermination?

Devant la création du Nunavut qui octroie aux Inuit leur droit de propriété sur une portion du territoire ainsi que leur autonomie gouvernementale, les Inuvialuit, c'est-à-dire les Inuit qui peuplent les régions du Nunakput et du delta du Mackenzie, réagissent plutôt discrètement.

Exprimé ainsi, on sous-entend qu'ils auraient dû, ou pu, démontrer un soupçon de jalousie ou de frustration puisqu'ils revendiquent, eux aussi, leur droit à l'autodétermination gouvernementale.

«Le sentiment des Inuvialuit est confus puisqu'ils ne revendiquent pas tout-à-fait le même type d'autonomie gouvernementale que les Inuit du Nunavut. En fait, ce qu'ils souhaitent c'est obtenir plus de pouvoirs à l'intérieur d'un gouvernement régional fort qui agira de concert avec le gouvernement central», explique Bob Simpson qui représente les Inuvialuit au sein de la Direction des négociations d'autonomie gouvernementale.

Avec un tel type de gouvernement, les Inuvialuit maximiseraient leur pouvoir législatif, contrôleraient les programmes et services majeurs, et enfin, prélèveraient les impôts fonciers sur la partie des terres qui leur appartient.

«D'ici l'an prochain, les Inuvialuit devraient signer une entente de principe sur l'autonomie gouvernementale en partenariat avec les Gwich'in et les Métis de la région. C'est donc d'ici 2 à 3 ans que l'établissement d'un gouvernement régional devrait se concrétiser», souligne M. Simpson.

«C'est en majeure partie pour des raisons géographiques que les Inuvialuit ont choisi de s'associer aux Gwich'in et aux Métis du delta du Mackenzie plutôt qu'aux Inuit du Nunavut», indique une représentante des Affaires indiennes et du Nord canadien, Sue Enge.

L'histoire entre les Inuit de l'est et de l'ouest remonte au début des années soixante-dix, alors que l'industrie gazéifère et pétrolifère était en pleine expansion dans le delta du Mackenzie. À cette époque, la question à savoir si les Inuvialuit devaient se joindre, ou non, aux revendications territoriales menées par les Inuit du Nunavut, se posa.

«C'est la pression exercée par les compagnies de gaz et de pétrole qui força les Inuvialuit à accélérer la négociation de leurs revendications territoriales indépendemment de celle du Nunavut», ajoute M. Simpson.

Ainsi, en 1984, les Inuvialuit ont signé la convention définitive réglant leurs revendications territoriales. Cette convention leur donne des titres de propriété absolue sur une surface de 7 000 km2 avec la liberté de choisir leurs terres dans les régions qui se trouvent à proximité des collectivités inuvialuit. Au total, ils ont obtenu des droits sur près de 56 000 km2.

Aussi, la convention prévoit une indemnisation de 45 millions de dollars versée à la Société régionale inuvialuit. Ce montant doit favoriser la participation des Inuvialuit à l'économie du Nord canadien et leur intégration à la société canadienne grâce à un niveau satisfaisant d'autosuffisance économique.

En l'an 2000, le gouvernement fédéral et les Inuvialuit se réuniront afin d'évaluer si ces objectifs ont été atteints.Si c'est le cas, la responsabilité du fédéral envers les Inuvialuit cessera dès le 1er janvier 2001. Toutefois, une évaluation quinquennale sera tout de même effectuée par la suite.

C'est lors de la signature de l'Entente à Iqaluit, en 1987, qu'une frontière entre le Nunakput, le delta du Mackenzie et le Nunavut fut tracée. Les Inuvialuit conservèrent les communautés de Sachs Habour, Holman, Paulatuk, Tuktoyaktuk, Aklavik et Inuvik.

Bien qu'ils ne soient pas citoyens du Nunavut, les Inuvialuit renouent tout de même avec leurs racines inuit en restant actifs à l'intérieur du monde circum-polaire qui regroupe l'ensemble des 250 000 Inuit de la planète.