Éditorial : L’importance des infrastructures

29 mai 2014
0 Commentaire(s)


Un des éléments centraux à la cause des parents de la Colombie-Britannique est aussi un élément important de notre propre réalité éducative franco-ténoise : la présence d’infrastructure crée une motivation supplémentaire pour les parents francophones de chercher à ce que leurs enfants fréquentent une école de français langue première.
Pendant des années, les parents devaient constamment se débattre afin d’attirer suffisamment d’élèves francophones dans nos écoles à Yellowknife et Hay River. La tâche n’était pas facile : les locaux étaient situés dans des roulottes modulaires peu attrayantes. Alors que l’école d’à côté jouissait de tous les locaux nécessaires pour les cours spécialisés (musique, cuisine, technologie, éducation physique, laboratoires, etc.), notre école avait une cuisinière dans le local des professeurs, une classe de musique installée à même l’aire communautaire de l’école et pas de gymnase.
Les gouvernements locaux prétendent souvent que le nombre d’élèves ne justifie pas la construction des installations minimales nécessaires, raisonnement qui est remis en doute en se basant sur la simple notion d’égalité et d’équité.
L’étude dont il est question dans le texte de la première page vient renforcer une constatation personnelle : l’offre de services et d’installations adéquates engendre un engouement supérieur envers les établissements scolaires francophones. C’est bien simple, les deux écoles francophones des TNO sont pleines à craquer et on sait tous qu’il y a encore de nombreux élèves francophones qui fréquentent encore le système scolaire anglophone. Ils n’y sont pas par rejet du fait français ou une peur de s’identifier comme francophones. Ils y sont parce que les installations scolaires des autres systèmes sont plus appropriées et complètes pour appuyer le développement des intérêts scolaires de leurs enfants. Le jour où nos écoles seront en mesure de jouer sur un pied d’égalité avec les autres écoles, les parents pourront dire : « Mission accomplie! »