Éditorial : L’importance de l’homogénéité

20 mars 2014
0 Commentaire(s)


On lit certains propos à gauche et à droite sur la situation des écoles francophones et de leurs besoins en espace et en gestion. Un des commentaires soulève la question de l’homogénéité. Et je ne parle pas ici de la distribution de lait aux jeunes élèves.
Quelqu’un suggérait de fusionner les deux écoles voisines à Yellowknife, l’école William Macdonald et l’école Allain St-Cyr.
Pendant des années, les parents francophones du Canada se sont battus afin de faire reconnaître l’importance du caractère homogène d’une école desservant les jeunes élèves francophones. Cette homogénéité linguistique ne s’appuie pas sur une ségrégation raciale ou ethnique. Elle n’est pas issue d’une forme ou d’une autre de discrimination. Elle s’appuie sur de nombreuses observations dans le milieu scolaire francophone en milieu minoritaire.
Il est déjà difficile pour les enseignants et les employés des écoles de s’assurer de sauvegarder le caractère francophone d’une école. Vivant dans un milieu très minoritaire, il est très facile pour un jeune de perdre son identité francophone. Souvent, une fois sorti de la classe, il n’est pas rare que les jeunes commencent soudain à se parler en anglais. Les employés de nos écoles doivent être aux aguets afin que cela ne se propage pas trop.
Lorsqu’un programme de français langue première se retrouve à partager des installations avec des programmes anglophones de français langue seconde ou d’immersion, la bataille est perdue d’avance.
L’objectif des programmes de français langue première n’est pas simplement de produire de jeunes individus parfaitement bilingues. Ces programmes servent aussi au développement d’une identité culturelle particulière, la culture canadienne-française.
Oui, il y a des échecs, surtout dans le contexte des mariages mixtes entre un parent anglophone et un parent francophone, mais en général les jeunes qui sortent des programmes francophones homogènes ont bien intégré cette petite composante de leur personnalité : une identité francophone.