« Coup de pouce » à l’environnement : L’école Boréale fait sa part

12 novembre 2009
3 Commentaire(s)
Nadia, Celina et Brittney sont les trois jeunes filles de la classe des 5e et 6e année de Patrick Poisson a réalisé le tri et le décompte du recyclage. Aux dires de l’enseignant, elles sont rendues des pros de la logistique!
(Photo : Édith V-R)

Nadia, Celina et Brittney sont les trois jeunes filles de la classe des 5e et 6e année de Patrick Poisson a réalisé le tri et le décompte du recyclage. Aux dires de l’enseignant, elles sont rendues des pros de la logistique! (Photo : Édith V-R)

Depuis cette année, un nouveau projet de sensibilisation à l’environnement est mis en place à l’école Boréale. Une belle façon pour les jeunes d’apprendre à poser différents gestes envers la nature, chaque semaine.

 

L’idée a été lancée par Patrick Poisson, enseignant des classes de 5e et 6e année, en début d’année scolaire, cependant il a pris une forme plus officielle la semaine dernière. « Je me suis inspiré du projet Un million de gestes verts (UMGV) développé par CBC », raconte l’enseignant qui fait partie du comité écolo de l’école avec Sophie Call, la directrice de l’établissement scolaire. UMGV est un site web qui invite les gens à venir inscrire les gestes verts qu’ils posent quotidiennement, un indicateur des gaz à effets de serre est visible sur le site pour signifier le pourcentage de réduction réalisé par ces actions.

Patrick Poisson et Sophie Call ont trouvé une façon simple et originale d’implanter leur version de ce projet à l’école Boréale en créant « Coup de pouce » auprès des jeunes. Un thème mensuel est trouvé, ensuite les jeunes sont incités à poser un geste relié à la thématique, chaque semaine, pour améliorer leur comportement environnemental. « Par exemple, pour le mois de l’eau, nous amenons les jeunes à penser à fermer le robinet pendant qu’ils se brossent les dents », explique M.Poisson. Pour véhiculer le message, il a présenté une vidéo dans laquelle on voit la différence entre une personne qui ferme le robinet et celle qui le fait pas, les jeunes sont ainsi directement exposés au résultat de ce simple geste quotidien qui prévient le gaspillage d’eau potable. À la fin de chaque semaine, les élèves qui ont pensé à exécuter ledit geste sont invités à étamper leur pouce sur un grand tableau prévu à cet effet dans l’école. « Il s’agit plus d’une déclaration honnête, nous n’irons pas enquêter sur eux! », s’exclame Sophie Call en riant.

Bien que ce soit l’enseignant des 5e et 6e années et la directrice qui aient pensé au projet, toutes les autres personnes de l’école primaire y sont impliquées, les petits comme les grands. « On essaie de trouver des gestes à leur mesure, on ne demandera pas à un enfant de la maternelle d’exiger de ses parents d’utiliser de l’essence suprême quand ils iront faire le plein par exemple! », rigole-t-il.

Grâce à « Coup de pouce », le professeur croit être en mesure d’amasser facilement 2 000 gestes à la fin de l’année. « Et ça, c’est si chaque semaine, il n’y a que la moitié de l’école qui y pense! » Le projet a pris une forme plus officielle la semaine dernière seulement, car auparavant, la rentrée scolaire, les activités et l’Halloween ont pris une place prépondérante. « Par ces efforts environnementaux, nous voulons apprendre aux élèves l’importance de l’appréciation et de la conservation de la nature », explique Mme Call en précisant que l’école Boréale est très préoccupée par l’environnement.

«Coup de pouce» n’est pas la première initiative de l’école Boréale dans le domaine environnemental. Depuis trois ans, les jeunes, leurs parents et le personnel de l’école sont invités à venir déposer leur recyclage à l’école. Chaque vendredi, trois jeunes filles de la classe de M.Poisson effectuent le tri et le décompte de ce qui a été amassé. « En moyenne, on ramasse de 15 à 20 dollars, mais quand les parents s’y mettent eux aussi, on peut facilement arriver à une centaine de dollars! », affirme Patrick Poisson. L’an dernier, le recyclage a contribué à amasser une partie des sous nécessaires à la réalisation d’un voyage à Québec par un groupe de jeunes de l’école. Cette année, les fonds amassés grâce à la collecte des canettes servent à financer une petite part du recyclage du papier, cependant, comme l’école utilise évidemment beaucoup plus de papier que de bouteilles, la direction tente de trouver un autre moyen de financer ce deuxième type de recyclage. Elle a reçu l’aide du Comité des parents en début d’année et travaille à obtenir une petite subvention présentement. « Dès le printemps, nous inaugurons aussi un bac pour le compostage! », lance Sophie Call pour terminer. Comme quoi les efforts sont constants à l’école Boréale pour conscientiser les petits à la nature qui les entoure.

 


Tous les commentaires (3)

Écrit par Anonyme, 13 novembre 2009, 11 h 20
A quand l'abolition des verres et assiettes jetables?
Écrit par Alain Bessette, 13 novembre 2009, 15 h 48
Ce serait certainement une excellente idée. Il faudra aborder la question lors des rencontres de parents car ce sera aux bénévoles des activités de s'en charger. Tiens, une idée me passe par la tête. À toutes les années, il y a des activités de financement des élèves pour des voyages. On pourrait créé un fonds pour appuyer cela dans le cadre des activités de financement des élèves. Selon l'envergure de l'événement, le groupe d'élève pourrait recevoir 100$, 200$ ou 300$ pour laver la vaiselle.
Écrit par Anonyme, 02 décembre 2009, 12 h 11
Tout est pas parfait, mais au moins il y a des efforts et on sensibilise les jeunes à quelque chose d'important.