Groupe de travail sur les affaires autochtones : L'absence du gouvernement fédéral soulignée et déplorée à maintes reprises.

14 mai 2015
0 Commentaire(s)
 L'Inuit Tapiriit Kanatami, explique le président de l'organisme, Terry Audla, travaille à unifier les différents dialectes inuits afin de faciliter son usage en éducation. (Denis Lord)

L'Inuit Tapiriit Kanatami, explique le président de l'organisme, Terry Audla, travaille à unifier les différents dialectes inuits afin de faciliter son usage en éducation. (Denis Lord)

Le Groupe de travail sur les affaires autochtones, composé des ministres provinciaux et territoriaux des Affaires autochtones et des leaders des organisations nationales autochtones, a tenu une rencontre à Yellowknife le 12 mai. Ils ont discuté d'éducation, de développement économique, de logement, de la violence contre les femmes et les filles autochtones, de la gestion des urgences et de l'atténuation des catastrophes dans les collectivités.
Le Groupe de travail sur les affaires autochtones a décidé de continuer à demander au gouvernement fédéral de tenir une enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées. L'absence du gouvernement fédéral a été reprochée à plusieurs reprises par les représentants des groupes autochtones. « Nous voulons continuer à participer à la mise en place de solutions pour les Métis, a dit la présidente du Conseil national métis, Melanie Omeniho. Avec chaque réunion, nous améliorons le programme. Nous ajoutons notre voix à ceux qui demandent que le fédéral se joigne à nous. »

Écart
Le Chef de l'Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, dont c'était la première participation au Groupe de travail, a dit que la raison d'être de celui-ci était de combler les écarts entre la population canadienne et les Autochtones du pays. Il a parlé de l'écart dans la qualité de vie et dans l'accès au logement, du taux élevé de diabète des Autochtones et de leur surreprésentation en milieu carcéral. «Il y a un grand coup social à ces écarts, dénonce Perry Bellegarde. On s'entend bien entre les organisations nationales et avec les provinces, mais on aimerait que le fédéral se joigne à nous, ce n'est que logique, ça nous permettrait d'améliorer nos stratégies pour l'avenir. »
En matière de logement, le Groupe a adopté diverses mesures, dont un rapport sur construction novatrice et les approches de financement pour du logement pour les Autochtones, quel que soit leur statut. Ce rapport sera présenté à la réunion du Groupe au printemps 2016.

Éducation
Aucune recommandation précise concernant l'éducation n'est sortie de la rencontre, sinon que le Groupe de travail a endossé le plan de travail conjoint pour 2015-2016 d'un autre comité, où il est associé au Conseil des ministres de l'Éducation (CEC). Ce plan de travail porte notamment sur la sensibilisation aux pensionnats indiens et le développement de matériel didactique à ce propos pour les baccalauréats en éducation. Un symposium réunira à Yellowknife les enseignants autochtones pour discuter de leurs défis et de leur expériences de formation.
«Dans nos discussions, relève le Premier ministre des Territoires du Nord-Ouest Bob McLeod, nous nous sommes tous entendus sur l'importance de l'éducation pour échapper à la pauvreté. Aux Territoires du Nord-Ouest, nous avons le meilleur programme d'assistance financière.» Perry Bellegarde a souligné que les institutions doivent davantage favoriser la préservation des langues autochtones et leur rôle dans l'éducation.

Les recommandations et discussions de la réunion de Yellowknife seront partagées avec les premiers ministres lors de la réunion de leur réunion avec les leaders des organisations nationales autochtones, les 14 et 15 juillet 2015, à Terre-Neuve-et-Labrador.