Militaire : L'Armée canadienne entreprend un exercice dans le Grand Nord

02 février 2012
0 Commentaire(s)
Un convoi de 80 véhicules de l'Armée canadienne étaient stationnés à l'entrée de Hay River, jeudi dernier. Il s'agit du deuxième groupe à partir en direction de Yellowknife pour un exercice. Le dernier convoi partir le 3 février, avec 60 soldats et 25 véhicules. (Photo: Virginie Bouchard)

Un convoi de 80 véhicules de l'Armée canadienne étaient stationnés à l'entrée de Hay River, jeudi dernier. Il s'agit du deuxième groupe à partir en direction de Yellowknife pour un exercice. Le dernier convoi partir le 3 février, avec 60 soldats et 25 véhicules. (Photo: Virginie Bouchard)

Un convoi de 230 soldats et 80 véhicules a fait halte à Hay River, jeudi dernier, en direction de Yellowknife, où les troupes seront en exercice de familiarisation avec les conditions nordiques.

Si vous avez vu passer plusieurs camions et remorques, vert olive, dans les rues de Yellowknife ou sur les routes, ne vous inquiétez pas. Aucune menace militaire ne pèse sur les Territoires du Nord-Ouest. C’est simplement l’Armée de terre canadienne qui amorce un exercice dans la capitale. En provenance d’Edmonton, un premier convoi composé de 90 soldats et 50 véhicules est arrivé le 22 janvier. Une semaine plus tard, ce fut au tour de 230 soldats et 80 véhicules de prendre la route, faisant arrêt pour une nuit à Hay River. Enfin, un dernier convoi militaire, moins important celui-là – 60 soldats et 25 véhicules – devrait arriver la semaine prochaine à Yellowknife.
« Le voyage s’est bien passé. Il n’y avait pas trop de circulation, assure le Caporal Ian Wallebeck. Nous sommes arrivés plus tôt pour préparer les infrastructures et établir le poste de commandement. Comme cela, quand le commandant arrivera, il sera prêt à se mettre au travail », ajoute-t-il.

Un exercice d’envergure

L’exercice Arctic Ram 2012 est l’entraînement le plus complexe et le plus gros jamais réalisé par l’Armée dans le Grand Nord canadien. Durant deux semaines consécutives, du 14 au 26 février prochains, près de 1000 soldats et membres du personnel militaire vont arpenter les Territoires du Nord-Ouest, de Yellowknife à Gamètì. « On va faire beaucoup de tests sur nos équipements et nos véhicules pour voir comment ils réagissent aux températures froides. On va également vérifier le fonctionnement de nos radios et appareils de communication », assure le Caporal Wallebeck.
L’Armée canadienne veut aussi familiariser ses troupes aux conditions nordiques. L’environnement est complètement différent de celui auquel les soldats ont pu être habitués en Afghanistan, par exemple. « Tout prend un peu plus de temps quand il fait froid. On doit veiller à la condition physique de tout le monde, s’assurer qu’ils ne se font pas d’engelures », précise le Caporal Ian Wallebeck.
Pour le moment, cet exercice n’est relié à aucune mission particulière, nous mentionne l’Armée canadienne. Il ne s’agit là que d’évaluer les capacités des troupes et de l’équipement militaire, soumis au climat rigoureux du Nord. Questionné à savoir si cela pouvait être en lien avec la souveraineté et le passage dans l’Arctique, le Caporal Wallebeck s’est abstenu de commentaires.