PrOJET VERT L’AVENIR : Chronique d’écosurvie : L’ARGENT OUI ! MAIS À QUEL PRIX

28 mai 2009
3 Commentaire(s)

Si vous voulez faire capoter vos proches lors de votre prochain party de famille, annoncez-leur que vous envisagez de vivre sans argent d’ici quelques années. Vous voulez vous détacher du système capitaliste. Installez-vous confortablement et profitez de la conversation!

Voici trois questions de départ : 1) Est-ce que l’argent mène le monde? 2) Est-ce que l’argent mène MON monde? 3) Qu’est-ce qui devrait mener mon monde? Les deux premières questions sont assez simples. On peut y répondre par oui ou non. Des questions fermées. Un réchauffement pour la troisième question. 

Lorsque je remets en doute un système économique dont les traits essentiels sont l'importance des capitaux techniques et la domination du capital financier (définition de capitalisme du dictionnaire Larousse) on me regarde généralement comme si j’étais un extra-terrestre. « Tout le monde a besoin d’argent » ou « on ne peut pas vivre sans argent ». Allons dire ça à 80 % de la population mondiale qui vit avec moins de 10 $ par jour, dont à peu près 3 milliards d’individus avec moins de 2 $. Nous avons tous déjà entendu ces arguments et les contres arguments qui viennent avec. Nous avons « entendu », mais avons nous bien « compris »? 

C’est certain que c’est plus difficile de comprendre le concept de la juste distribution des biens lorsqu’on fait partie du 20 % de la population mondiale considéré comme « riche ». Nous faisons parties des « riches » parce que nous consommons 76,6 % des biens de consommation de la planète. Nous consommons 3,5 fois ce que la « classe moyenne mondiale » consomme et 51 fois plus que les plus pauvres de la planète.

Je ne pense pas que je vais faire tomber qui que ce soit en bas de sa chaise avec ces données. Nous les connaissons ces données, mais la plupart d’entre nous ont choisi de ne rien faire. « C’est trop difficile à comprendre », « de toute façon ça ne changera rien » et « si ce n’est pas moi ce sera une autre ». Je suis avec vous pour la première affirmation. Pour ce qui est des deux autres, c’est à vous de CHOISIR ce que vous voulez faire. Voici votre devoir pour la semaine afin que nous puissions mieux comprendre notre monde. Sur Internet, tapez : « si le monde était un village ». On s’en reparle.

Qu’est-ce qui devrait mener mon monde ? Ce sont les gens et leur environnement. Ma famille, mes amis, ma communauté. Lorsque cet outil qu’est la monnaie prend le dessus, moi je débarque. C’est pour cette raison que Karley et moi travaillons depuis plusieurs années à établir les bases d’une petite communauté qui serait basée sur des valeurs de respect et d’épanouissement des gens et de leur environnement.

Pour en savoir plus, contactez-moi en passant par les commentaires de la chronique au www.aquilon.nt.ca

Suggestion de lecture de la semaine : The shock doctrine; the rise of disaster capitalism, de Naomi Klein ( www.naomiklein.org )


Tous les commentaires (3)

Écrit par Alain Bessette, 29 mai 2009, 12 h 39
Je prends soigneusement en note ces propos. Ça pourrait faciliter ma planification budgétaire :-)
Écrit par Daniel Dionne, 03 juin 2009, 13 h 23
J'aime bien ton propos Martin. Je pense à tout cela depuis ma tendre enfance et j'en suis venu à la conclusion que ce n'est pas l'argent qui est le problème. L'argent n'est que le médium qui réflète la vrai nature des gens que nous cotoyons. Malheureusement, cette nature est celle de la compétition, de la valorisation par tous les moyens. Même dans le système communiste a sa part de magouille faite par la classe dirigeante. Et que dire de la religion... le gain du pouvoir de nos curés. Ouff... C'est pas l'argent qu'il faut renier. C'est plutôt notre éducation à changer. Et surtout celle que nous donnons à ceux qui nous suivent. Personnellement je préfère transorter des billets que des moutons...
Écrit par Martin Zibeau, 04 juin 2009, 13 h 29
Merci pour ton commentaire Daniel. Je suis d'accord avec toi, comme je l'ai dit à la fin de l'article, l'argent n'est qu'un outil. On s'entend que c'est plus pratique de transiger du papier que du mouton ! Et comme toi, je pense aussi que l'argent en tant que tel n'est pas le problème. Je ne crois pas toutefois que la position que prenne une personne face à l'argent soit le reflet de sa vraie nature. J'ose espérer que l'être humain est un peu plus complexe que ça ! Je pense plus que ce soit ce qu'on priorise qui reflète une partie de ce que nous sommes. Certaines personnes priorise l'argent, et pour eux je pense que je serais d'accord avec toi, "l'argent n'est que le médium qui reflète (une partie) de leur nature". Un autre point sur lequel j'aimerais revenir est lorsque tu parles "du" système communiste. Comme c'est le cas de bien des systèmes, tout n'est pas seulement noir ou blanc. De même que le capitalisme n'est pas seulement le capitalisme du libre marché extrême néo-libéral à la Milton Friedman, le communisme n'est pas non plus uniquement la bête noire de l'ex-URSS ou de la chine. Je voulais juste faire une petite parenthèse sur la tendance que nous avons souvent (moi inclus) à généraliser. Finalement, au sujet de l'éducation, complètement d'accord avec toi. La grande difficulté selon moi n'est pas tant de convaincre le monde qu'il y a un besoin de ce côté, mais bien de lancer ce changement. En fait, je dis ça, mais ce changement il est lancé depuis longtemps, il n'est tout simplement pas encore un mouvement généralisé. Comme j'essaie de l'exprimer à travers mes articles, ça ne sert à rien d'attendre après le gouvernement, comme l'argent, celui-ci n'est qu'un outil. C'est à chacun d'entre nous d'avoir le courage de choisir d'agir.