Jin chin do

07 décembre 2001
0 Commentaire(s)
Oubliez les aiguilles d’acuponcture, car il existe une méthode qui fait un peu moins peur. Il s’agit de l’acupression. Au lieu d’utiliser les aiguilles, cette technique fait appel à la pression de certains points stratégiques du corps pour calmer les douleurs, l’asthme, les allergies, revitaliser la mémoire ou simplement relaxer un tantinet.

Selon Lorelei Andrew, qui pratique cette technique de médecine douce depuis déjà quelques années, il y a plus de 400 points de pression sur le corps humain. Ces points sont répartis sur ce que l’on appelle les méridiens. Pour ceux qui croient que l’on parle de réflexologie, détrompez-vous, car cette dernière technique n’utilise pas les méridiens chinois, contrairement au Jin Chin Do. « J’applique une pression sur deux points en même temps pour optimiser les résultats. Je décèle ces points en ressentant une variation dans la température, en sentant un courant électrique, ou grâce au pouls de la personne », de mentionner Mme Andrew.

Ce qui la passionne dans la pratique de cet exercice, c’est la réaction qu’ont les gens lors des traitements. « Je les couche sur le dos pour voir leurs expressions corporelles. Chaque personne réagit différemment. Certaines peuvent se mettre à pleurer, à parler beaucoup, à exprimer de la colère et d’autres s’endorment », de déclarer Lorelei Andrew, qui a étudié cet art à Victoria, en Colombie-Britannique et qui s’exprime très bien en français.

« J’ai appris le français à l’université, avec des amis, et lors d’un séjour en France », raconte-t-elle, toujours avec ce calme profond qui semble l’habiter. Pourquoi l’acupression? « Je suis une passionnée de sciences et j’aurais bien aimé devenir médecin. L’acuponcture aussi m’a beaucoup intéressée. Un jour, j’ai simplement décidé de suivre mon cours », de faire valoir Lorelei Andrew, qui travaille présentement en sciences, au Laboratoire environnemental Taïga.