Tournée nordique : Idle No More accueille Stephen Harper

23 août 2013
0 Commentaire(s)
La vingtaine de citoyens qui se sont déplacés afin de faire
valoir leurs revendications sur le passage du premier
ministre Stephen Harper ont réussi à susciter la
sympathie par leur présence pacifique. (Photo : Édith V-R)

La vingtaine de citoyens qui se sont déplacés afin de faire valoir leurs revendications sur le passage du premier ministre Stephen Harper ont réussi à susciter la sympathie par leur présence pacifique. (Photo : Édith V-R)

Arrivant de Whitehorse, au Yukon, le Premier ministre du Canada
a atterri à Hay River. Des partisans d’Idle No More ont saisi l’occasion
de revendiquer pacifiquement.

Idle No More a réuni un peu plus d’une vingtaine de personnes, le lundi 19 août au soir, afin de démontrer au Premier ministre fédéral et à la population que les enjeux autochtones existent toujours et qu’ils doivent être abordés. Si la demande que le Premier ministre fédéral s'arrête pour parler avec le groupe n’a pas été réalisée, les manifestants sont tout de même repartis satisfaits. « Peut-être que le premier ministre ne nous a pas regardés, mais nous savons qu’au moins un membre de son équipe nous a remarqués », soulève Beatrice Lepine, une aînée autochtone de Hay River chargée de l’organisation de cette manifestation pacifique. Pour la dame, il s’agissait surtout de démontrer que le mouvement Idle No More est encore actif et qu’il continuera de l’être jusqu’à ce que des changements soient apportés au Canada. L’environnement, le respect des traités et les droits des Premières Nations sont au cœur des revendications.
Le rallye se situait à une centaine de mètres de l’aéroport de Hay River, en face du cimetière de la collectivité. « Je me suis rendu compte que le cimetière était tout à fait à propos puisque mes ancêtres y sont enterrés. Plusieurs d’entre eux étaient impliqués dans la préservation des droits des Premières Nations et de l’environnement. Nous représentons la prochaine génération qui continue de lutter pour la préservation de ces droits », explique-t-elle.
L’aînée autochtone avait fait la demande d’un arrêt du premier ministre afin qu’il puisse recevoir une plume d’aigle et quelques mots de la part de Joanne Barnaby, consultante en affaires autochtones à Hay River. « Quand tu présentes une plume d’aigle à un individu, tu lui donnes l’occasion d’être honnête dans leur vie, d’être franc et de faire les bons choix », illustre Joanne Barnaby qui demeure sur la réserve K’atl’odeeche. La dame œuvre depuis près de trente ans à titre de consultante auprès du gouvernement territorial dans le développement de politiques publiques qui ont trait à la gestion des ressources nordiques et nationales. « M. Harper a un très très mauvais parcours en ce qui a trait à l’environnement. Il a démantelé toutes les protections que le Canada avait construites dans les dernières décennies », rapporte-t-elle.
Pour Mme Lepine, peu importe l’opinion politique des manifestants, il importait que ceux-ci demeurent respectueux et pacifiques : « Il demeure notre Premier ministre et nous devons le reconnaître comme tel. » Son souhait a été réalisé puisque la manifestation s’est conclue avec une grande danse en cercle, où tous se tenaient par la main afin de démontrer leur unité face à leurs revendications. Aucun commentaire n’a été émis de la part du premier ministre à ce sujet.