AGA de l’APADY : Hop! Hop! Tout le monde au gymnase

Jacques Lamarche s'est adressé aux membres de l'APADY. 
(Gracieuseté : APADY)

Jacques Lamarche s'est adressé aux membres de l'APADY. (Gracieuseté : APADY)

Pendant que les petits ont fait de la gymnastique au Multiplex, les membres de l’APADY ont discuté de leurs projets futurs et passés, le 23 octobre.  Un lieu de rencontre non négligeable, compte tenu des enjeux auxquels l’association fait face actuellement.
 

Au cours de la prochaine année, l’Association des parents ayants droit de Yellowknife souhaite sensibiliser les parents et les élèves aux enjeux relatifs à l’agrandissement de l’école Allain St-Cyr par le biais de vidéos, qui seront également utilisés pour informer la population des autres provinces et territoires. « C’est un moyen de pression », indique Océane Coulaudoux, la nouvelle présidente. Au terme de la production, elles seront présentées lors d’une soirée de lancement et diffusées sur le Web.


« Les jeunes tiendront la caméra et [feront des entrevues auprès de] leurs parents concernant l’agrandissement », explique-t-elle.


Au cours de la dernière année, l’artiste Danielle Dumesnil est venue discuter avec les élèves afin de connaitre leurs besoins pour lancer le projet, mais beaucoup sont partis d’Allain St-Cyr entre-temps. Ce qui a généré des retards et des changements au projet initialement prévu pour le printemps 2016. L’artiste sera sollicitée pour la reprise de l’initiative.

Changement à la présidence
Pour des raisons personnelles, Jacques Lamarche se retire de la présidence pour la prochaine année, mais sera toujours actif à titre d’administrateur sur le conseil. Océane Coulaudoux, impliquée depuis cinq ans à l’APADY, prend les fonctions de présidente. Elle espère être une aussi bonne leader que Lamarche : « Il sait où il s’en va et ce qu’il faut faire. Comme il reste [au] CA, il pourra me guider ». Elle a tenu à le remercier pour son implication à la présidence de l’association. Sylvie Savoie, Alexandre Larouche et Carolane Héon sont toujours au conseil et les postes seront attribués lors de la prochaine rencontre.

Se battre pour ses droits — Directive 2016
Le ministre Moses a répondu aux questions des députés sur la Directive 2016 — qui porte sur l’inscription des élèves aux programmes d’enseignement français langue première aux TNO —, la semaine dernière à l’Assemblée législative. « On était contents des interventions des députés en français et [du fait que] toutes les commissions scolaires francophones du Canada étaient là [à l’Assemblée] », relate la présidente. « [Le ministre] a pu voir la force des francophones à travers le Canada et que nous ne sommes pas juste [un petit groupe isolé] qui se bat pour ses droits. En espérant que ça le fasse changer d’idée... »


En réponse à la Directive 2016 et au refus de la retravailler, elle déclare : « On n’est évidemment pas d’accord. Il ne nous accorde pas ce dont nous avons besoin. Avec l’agrandissement, il nous donne deux classes de plus, avec un petit gymnase. Les élèves vont encore aller à l’école William McDonald, malgré les deux [nouvelles] classes [à l’école Allain St-Cyr]. »


Puisqu’ils utilisent cinq classes de l’école voisine actuellement, la construction prévue est toujours insuffisante. « L’objectif de l’agrandissement, c’était que nous n’ayons plus à utiliser [les installations] de William McDonald », dit-elle, déçue.

Présentation reportée 
Service Canada devait faire une présentation sur les programmes et services offerts aux parents et aux enfants lors de l’AGA, mais n'a pas pu l'offrir dû à un malentendu. Pour Mme Coulaudoux, cette présentation est importante puisque « certains parents ne connaissent pas tous les services ». 

Mis à jour le 27 octobre à 13 h 25. 
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.