Commission scolaire francophone des TNO : Honneurs à Marie LeBlanc-Warick

04 septembre 2014
0 Commentaire(s)
« Vous [les enseignants] êtes mes champions. J'ai écrit, j'ai fait des rapports, mais c'est vous qui êtes en salle de classe, qui faites la différence. » C'est avec ces mots empreints d'humilité et du sens du travail collectif que Marie LeBlanc-Warick a quitté ses fonctions de directrice générale de la Commission scolaire francophone des TNO.

« Vous [les enseignants] êtes mes champions. J'ai écrit, j'ai fait des rapports, mais c'est vous qui êtes en salle de classe, qui faites la différence. » C'est avec ces mots empreints d'humilité et du sens du travail collectif que Marie LeBlanc-Warick a quitté ses fonctions de directrice générale de la Commission scolaire francophone des TNO.

Une femme de dialogue, capable de mener de front et en profondeur plusieurs dossiers
 

Une femme de dialogue, une promotrice infatigable de la langue française : les compliments ont fusé à l'égard de la directrice générale sortante de la Commission scolaire francophone des TNO (CSFTNO), Marie LeBlanc-Warick, lors d'une cérémonie donnée en son honneur à Allain St-Cyr le 27 août dernier.
« J'ai appris beaucoup de vous, a dit la sous-ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Gabriella Eggenhoffer. Vous avez fait un travail phénoménal avec peu de ressources et avez toujours démontré une attitude de dialogue. »
Le directeur général de la Fédération franco-ténoise, Jean de Dieu Tuyishime, a eu l'occasion de côtoyer Marie LeBlanc-Warick et en tant que parent et en tant que commissaire. Il a souligné sa méticulosité et son engagement total dans ses tâches professionnelles. « Des fois, s'est exclamé Jean de Dieu Tuyishime, je me demandais combien il y avait d'heures dans tes journées! » Il a remercié Marie LeBlanc-Warick au nom de la communauté, pour son apport à la jeunesse et à l'éducation.
Alors que la présidente de la CSFTNO Suzette Montreuil a mis en relief la capacité de la directrice générale sortante à mener de front — et en profondeur — un grand nombre de dossiers, le directeur de la Commission scolaire no 1 de Yellowknife, Metro Huculak a, quant à lui, dit admirer le travail de promotion de la langue française de Marie LeBlanc-Warick. « Tu peux être fière de toi », a-t-il ajouté.

Une carrière vouée à l'éducation
Marie LeBlanc-Warick a eu une carrière de près de 39 ans en éducation, touchant à de multiples pans de ce secteur. En Saskatchewan d'abord, elle a notamment enseigné, œuvré au sein de la Saskatchewan Teacher's Association et collaboré à la conception et à la mise en place du système scolaire francophone. Marie LeBlanc-Warick a ensuite occupé la fonction de directrice adjointe à l'école St-Joseph de Yellowknife et puis à la CSFTNO, pour finalement y devenir directrice générale. Une expérience extraordinaire et très variée, a synthétisé la nouvelle retraitée, qui a du même souffle remercié la Commission scolaire francophone des TNO de lui avoir fait confiance. « Il y a eu des heures difficiles, a-t-elle résumé, faisant allusion aux procès opposant la CSFTNO au gouvernement territorial. Ça a été parfois un travail fatiguant mais intéressant. J'ai connu plusieurs gouvernements au territoire et celui actuellement en poste démontre un manque de prétention et de l'ouverture. Au personnel, je dis “vous êtes mes champions”. J'ai écrit, j'ai fait des rapports, mais c'est vous qui êtes en salle de classe. C'est vous qui faites la différence. »
La nouvelle directrice d'Allain St-Cyr, Geneviève Charron, est arrivée à l'école St-Joseph la même année que Marie LeBlanc-Warick, une année tragique marquée par un incendie et le décès de l'enseignante Carmen Gobeil. « J'ai connu deux Marie, s'est-elle souvenue : la Marie pragmatique, qui trouvait une solution à tout — comme la fois où une élève s'était enfermée dans la salle de bain — et la Marie mythique, qui nous régalait chaque midi d'anecdotes rocambolesques sur sa vie et sa carrière. »