Langues officielles aux TNO : Francophones et Autochtones travaillent ensemble

Benoît Boutin, directeur général du Secrétariat des Affaires francophones, lors de l'ouverture officielle des bureaux en 2012. (L'Aquilon)

Benoît Boutin, directeur général du Secrétariat des Affaires francophones, lors de l'ouverture officielle des bureaux en 2012. (L'Aquilon)

Les Territoires du Nord-Ouest innovent dans le déploiement de services dans 11 langues officielles pour leurs 42 000 habitants. Depuis 1989, Benoît Boutin y joue un rôle déterminant.

« Le français et les langues autochtones ont un statut officiel depuis 1984, explique le directeur général du Secrétariat aux affaires francophones (SAF). Le Secrétariat autochtone a été créé récemment. Beaucoup de travail reste à faire sur la terminologie et la standardisation de l’écriture. Certaines langues sont uniques au Nord, les nombres sont très petits.
« On travaille ensemble, dit-il, même si la mise en œuvre est différente. Pour les francophones, on cherche à augmenter les services; pour les Autochtones, on parle de revalorisation des langues. »

Au GTNO depuis longtemps
Le directeur général du Secrétariat aux affaires francophones des TNO, Benoît Boutin, serait le doyen des hauts fonctionnaires œuvrant pour les langues officielles au pays. Il a d’abord été recherchiste au Commissariat des langues officielles des TNO. Il a dirigé, en 1990, un comité spécial de la Législature pour réviser la Loi sur les langues officielles. En 2010, le conseiller du gouvernement a joué un rôle-clé dans le développement, avec les communautés, du Plan stratégique 2013-2018 pour les services en français.


« En 2009, après un procès de dix ans mené par la Fédération franco-ténoise, on a reçu l’ordre de développer un plan. Lorsqu’on a fait l’ébauche, on s’est rendu compte qu’on n’avait pas, au gouvernement, l’appareil nécessaire pour offrir des services. »


Le SAF a été créé en 2012 et Benoît Boutin en est son premier directeur général. Le même poste aux Affaires autochtones a récemment été pourvu. Les deux secrétariats relèvent du ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation.

Les TNO, un cas unique?
Le Nunavut est la seule autre juridiction dotée d’une loi des langues officielles inclusive des langues autochtones. Un ministre est chargé de son application au sein du gouvernement, des municipalités et des écoles.


L’idée de collaborer avec les Autochtones pour la valorisation des langues fait son chemin dans la francophonie depuis la publication, en 2015, du rapport de la Commission de vérité et réconciliation. Tout comme le premier ministre Justin Trudeau depuis son élection, la Société nationale de l’Acadie inclut déjà les Autochtones dans ses manifestations.


« On parle beaucoup des langues autochtones au fédéral, note Benoît Boutin, surtout depuis le rapport sur les écoles résidentielles. On en parle beaucoup ici. Ça n’empêche pas le développement de services en français, il n’y a jamais eu cette crainte. »


« La Fédération a toujours valorisé les langues autochtones. Des francophones siègent au Comité des langues officielles des Autochtones. Je ne sais pas si le modèle des TNO est exportable, conclut Benoît Boutin. Les gens peuvent toujours venir voir comment ça fonctionne. »
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.