Le retour au bercail : François Thibault au Bal des neiges d'Ottawa

06 mars 1998
0 Commentaire(s)
François Thibault et Paul Jackson ont représenté les TNO lors du concours de sculptures de neige du Bal des neiges de la capitale nationale.

Pour François Thibault, il s'agissait d'un retour aux sources, lui qui est originaire d'Orléans, en banlieu d'Ottawa.

François Thibault et Paul Jackson étaient les deux représentants des TNO lors du concours de sculpture de neige lors du Bal des neiges qui avait lieu du 9 au 13 février à Ottawa. Ils s'attendaient bien à affronter une sérieuse compétition, côtoyant de vieux routiers de la neige qui se promènent d'une compétion internationale à l'autre. Mais ce à quoi ils ne s'attendaient pas, c'est l'accueil qu'a réservé la presse locale à François Thibault.

Il est originaire d'Orléans. Il s'agissait donc d'un petit gars du coin qui revenait à ses lieux d'origine. Conséquence : François Thibault a du participer à une dizaine d'entrevues dont une qui a été réalisée en direct.

Les médias ont beaucoup joué sur le fait que François Thibault était originaire d'Orléans mais ils se sont aussi montrés fort intéressés par son expérience d'enseignement de la sculpture dans les communautés inuit des Territoires. "Ils trouvaient ça curieux, enseigner la sculpture à des Inuit", a souligné François Thibault.

Il a bien indiqué aux journalistes que ce qu'il enseignait aux Inuit, c'était le développement des techniques de sculpture et non pas le développement artistique. En effet, explique François Thibault, la création artistique, c'est lié à la culture et en tant que francophone, c'est une ligne qu'il refusait de franchir.

De façon générale, cette participation au Bal des neiges constituait une bonne expérience pour l'équipe de sculpteurs des TNO. Ils ont participé sur un pied d'égalité avec de véritables professionnels de la sculpture sur neige, des gens qui revenaient de compétitions en Europe, des gens avec une quarantaine d'années d'expérience.

Il s'agissait aussi d'un défi tout particulier étant donné la taille des sculptures en question. Pour des fins de comparaisons, les sculptures du Carnaval de Québec surgissent de blocs de neige d'un volume de 1200 pieds cubes. Pour le Bal des neige, les blocs étaient de 2300 pieds cubes. "Il a fallu sept camions pour faire un bloc, a expliqué François Thibault. Ça c'est de la neige!"

Ce coucours de sculptures marquait une première cette année. Il s'agissait de la première fois en 20 ans d'existence, que le Bal des neiges incorporait un volet sculpture et il s'agissait aussi de la première fois qu'un tel concours se tenait sur la Colline parlementaire.

Pour en savoir un peu plus long sur cette expérience au Bal des neiges, vous pouvez consulter la page web de François Thibault au http://users.internorth.com/"xfranthi/