Société : Franc succès pour la foire commerciale

17 mai 2012
0 Commentaire(s)
La Fédération franco-ténoise tenait un kiosque d’information sur ses activités lors du Spring Trade Show et ses membres ont été surpris du nombre de francophones qui se sont déplacés. (Photo : Charles-Antoine Bélair)

La Fédération franco-ténoise tenait un kiosque d’information sur ses activités lors du Spring Trade Show et ses membres ont été surpris du nombre de francophones qui se sont déplacés. (Photo : Charles-Antoine Bélair)

Le Spring Trade Show était de retour à Yellowknife ce weekend au Multiplex, célébrant son 30e anniversaire, et fut une fois de plus couronné de succès.

D’année en année, le Spring Trade Show permet aux organismes et entreprises de Yellowknife de se faire connaître en s’affichant à la vue de tous les citoyens qui s’y rassemblent.
Les dirigeants paient pour avoir un kiosque où ils peuvent informer les nouveaux arrivants dans la capitale sur ce qu’ils font et informer les résidents sur les nouveautés à venir.
Chaque année, les festivités prennent toujours une ampleur plus grande avec toujours plus de kiosques et de visiteurs.
Pour célébrer le 30e anniversaire du Spring Trade Show, les festivités accueillaient cette année quelques instructeurs de la troupe du Cirque du Soleil pour donner des ateliers aux enfants.
Près de la porte d’entrée se trouvaient aussi trois athlètes olympiques qui participeront aux Jeux de Londres cet été. Ceux-ci signaient des autographes en montrant fièrement leurs médailles.
En fait, le Spring Trade Show a même dû s’agrandir en raison du nombre de kiosques inscrits.
« Nous avons de nouveau fait salle comble avec les kiosques, explique l’organisateur et directeur général de la Chambre de commerce de Yellowknife, Tim Doyle. En fait, nous avons même dû ajouter quatre nouveaux emplacements, puisque nous avons vendu quatre kiosques de plus que la pleine capacité. Ce fut donc de nouveau une année très réussie. »

Défi supplémentaire

Il fallait tout de même être audacieux pour planifier cet événement la fin de semaine de la fête des Mères.
Le dimanche vers l’heure du dîner, c’était plus calme au Multiplex puisque plusieurs familles ont préféré plutôt se réunir pour le brunch.
Mais même si le Spring Trade Show a perdu de la clientèle en raison de la fête des Mères, Tim Doyle voyait plutôt là une occasion d’en tirer un avantage, puisque plusieurs commerces tentent généralement de célébrer cette fête.
« C’est toujours un défi lorsque l’on se trouve en présence d’un événement comme la fête des Mères, croit l’organisateur. Mais quand on y pense, toutes les entreprises de la ville veulent faire quelque chose pour la fête des Mères, alors nous avons créé un marché fermier. De plus, ça donne la chance aux mères, aux enfants et aux pères de sortir de la maison un samedi et un dimanche et de venir voir ce qui se passe. C’est excitant pour tout le monde de faire partie de ce salon professionnel. »
On ne peut dire que c’est la publicité qui aura manqué pour le Spring Trade Show puisqu’elle était affichée à peu près partout dans la ville.
« Les exposants ont été très heureux que la publicité ait eu plusieurs nouveaux formats cette année, ajoute Tim Doyle. Nous avions de la publicité pas seulement à la radio, dans les journaux ou à la télévision, mais aussi dans et sur les autobus, au cinéma, au Javaroma et à plusieurs autres endroits. Si quelqu’un ne savait pas que le salon avait lieu cette fin de semaine, c’est qu’il ne paie vraiment pas attention à ce qui se passe à l’extérieur de chez lui. »

Encore plus grand l’année prochaine?

Le directeur général de la Chambre de commerce de Yellowknife ajoute que le but pour l’année prochaine sera de rendre l’événement encore plus gros, pourvu que ce soit toujours aussi intéressant.
« C’est toujours notre devoir au début de l’organisation, en décembre, de déterminer ce qui sera différent des années précédentes et c’est pourquoi nous mettons six mois pour préparer ce salon. Je pense que cela peut s’agrandir un peu plus chaque année, à la condition que cela reste intéressant pour les gens qui vont venir. C’est un défi, mais je suis persuadé que c’est possible. »
Et si l’événement devait s’agrandir de nouveau, les organisateurs ont prouvé qu’il y a toujours moyen de faire de l’espace pour agrandir, à en juger par les quatre kiosques surnuméraires inscrits cette année.
« Nous pouvons toujours trouver de nouveaux emplacements au deuxième étage de l’établissement, fait valoir Tim Doyle. En fait, le plus gros défi est de trouver les sources de divertissement, que ce soit des athlètes, des gens célèbres ou autres. Mais il faut rendre cela intéressant afin que les gens sortent de leur maison pour venir voir ce qui se passe. »