Le recrutement des Autochtones : un échec : Forces canadiennes

25 août 2000
0 Commentaire(s)
L'annulation d'un cours des Forces canadiennes à Yellowknife soulève de sérieuses questions à propos des stratégies employées pour recruter les Autochtones et les Inuits dans le Nord. Un minimum de 20 recrues était nécessaire pour pouvoir offrir le cours de formation préalable au recrutement. Seulement 6 candidats étaient admissibles pour suivre ce cours, ce qui est 70 pour cent en-deça de la barre minimale. Le cours est une composante de la stratégie de recrutement d'Autochtones au sein des Forces.

Au total, 26 personnes ont soumis leur demande pour s'inscrire au cours, mais 20 d'entre elles n'étaient pas admissibles. Les exigences médicales et physiques de l'armée expliquent pourquoi la majorité des postulants n'ont pas pu être acceptées, selon le Lieutenant Vance White, un porte-parole. Il a également ajouté que parmi les 20 candidats non-admissibles, certains ont choisi d'abandonner plutôt que de prendre le cours.

« Plusieurs candidats souffraient d'asthme, d'autres avaient des problèmes d'ouie », a précisé le lieutenant White. « Sept des 20 personnes avaient des problèmes médicaux. »

Il a indiqué que les Forces avaient encore du mal à comprendre comment ils ont échoué à recruter 20 candidats (autochtones) admissibles à prendre le cours. Le lieutenant White a souligné qu'entre 600 et 700 personnes sont responsables du recrutement à travers le pays. Environ 9 000 personnes se joignent aux rangs chaque année grâce à leur travail. Pourtant, seulement 2 personnes s'occupent du recrutement à l'échelle territoriale, toujours selon ce dernier. Il a également indiqué que la réduction des effectifs au cours des dernières années rend la tâche de plus en plus difficile. Les campagnes de recrutement font partie d'un effort collectif pour mieux représenter la diversité de la population canadienne. Le lieutenant a ajouté que l'objectif des Forces est d'avoir une main-d'¦uvre composée de 28 pour cent de femmes, 9 pour cent de minorités visibles et 3 pour cent d'Autochtones.

Il a indiqué que les campagnes de recrutement ont débuté en 1971 dans le Nord. Le but était de poster les soldats nordiques dans le Nord. En 1998, le programme a été suspendu, le temps de procéder à quelques modifications. Ce n'est que cette année que le recrutement a de nouveau eu lieu sous ce programme.

« Au cours des années précédentes, il y avait toujours entre 20 à 30 personnes présentes à nos cours », a souligné le lieutenant White. « Nous allons certainement recommencer notre campagne de recrutement l'année prochaine », a ajouté ce soldat. Il a ajouté qu'il était possible que certaines personnes aient cru que le programme avait été annulé en 1998. Les 6 candidats admissibles ont été informés de la décision d'annuler le cours; l'offrir aurait nécessité 15 personnes pour l'enseigner, une solution peu rentable selon le porte-parole. Les candidats iront à Farnham, au Québec, suivre leur formation en septembre. Des 26 candidats qui ont originalement appliqué ; 14 venaient des T.N.-O., 7 du Nunavik et 5 du Labrador.