Chronique Hockey-Séries célestinatoires : Finales de division

Jean-Gabriel Pageau connait des séries flamboyantes. Mais son feu chancelle, tant et si bien que bientôt, celui-ci ne sera plus que brasier qu’il faudra rallumer durant la saison estivale pour la saison prochaine.

Pageau n’a pas de point depuis la première rencontre dans cette série, et à la suite de ses performances durant la saison régulière et durant les séries, les Sénateurs auront besoin de sa production offensive.

Tous devront mettre la main à la pâte et la troupe de notre capitale canadienne devra jouer leur match numéro sept comme la troisième période du match numéro six, c’est-à-dire jouer pour marquer des buts, prendre des risques (calculés) et s’assurer que les transitions et sorties de zone sont plus efficaces. Durant la deuxième période de ce même match, les Sénateurs ont été sous la pression des costards, qui contrôlaient complètement le jeu avec un échec avant à trois et parfois même à quatre.


De son côté, Anderson est une pièce maîtresse qui a permis aux Sénateurs de non seulement gagner le match numéro six, mais aussi d’étirer leur parcours en séries éliminatoires jusqu’ici. J’admire son calme persistant.

Souhaitons qu’il soit encore au sommet de sa forme pour le match numéro sept. Phaneuf semble avoir trouvé un autre foyer canadien qui semble lui plaire. Il joue du hockey solide et semble être au mieux lorsque les projecteurs ne sont pas sur lui. Matt Murray a pris le rôle de gardien de but numéro un depuis la difficile première période de Marc-André Fleury durant le match numéro trois.

N’oublions pas que c’est Murray qui a mené cette même troupe à la Coupe l’année dernière. Parlant d’un autre gardien qui a joué son premier match dans ces séries (et un premier match éliminatoire en carrière), mais qui n’a malheureusement pas aussi bien paru que Murray, Jonathan Bernier, sur son premier tir, est battu par un tir dévié par un de ses défenseurs. Il n’a malheureusement pas été capable de faire les arrêts qui auraient gardé les Ducks dans le match, et dans cette série.


Wow. P.K. s’en va en finale. Dans votre face les Canadiens! Weber est toute une acquisition pour le Canadien de Montréal, et je dois admettre que Subban fait encore beaucoup d’erreurs qui peuvent être couteuses.

Mais l’énergie qu’il apporte lorsqu’il dose la finesse soulève l’équipe. Je l’admets P.K. m’a moi-même fait rouler les yeux face à certaines choses faites hors glace (et sur glace!), mais en contrepartie, tout cet enthousiasme, cette positivité est contagieuse au sein de ses coéquipiers, et ça se voit de plus en plus, en espérant que ça continue en finale.

La troupe des Prédateurs de Nashville atteint la finale de la Coupe Stanley pour la première dans son histoire et n’est que la troisième équipe à le faire depuis la dernière place en séries (8e) depuis 1994.


Il y a des gens qu’on n’aime pas, qu’on n’arrive pas à sentir et on ne sait pas pourquoi. Dans le monde du show business, pour moi, c’est Kevin Bacon. Je ne saurais expliquer si c’est sa façon de danser dans Footloose, ou si c’est sa vieille gueule vraiment moche. Au hockey, c’est Sidney Crosby. Ne me sortez pas les statistiques, je vous ai déjà dit que je respecte énormément Crosby pour ses acquis à tous les niveaux et son incroyable talent.

Ce que je n’aime pas, c’est son langage corporel. Ennuyant, il ne semble pas avoir du plaisir à jouer. Les conservateurs vous diront qu’Ovechkin célèbre trop, mais à mon avis, c’est ce qui fait le spectacle après un but spectaculaire. Un peu comme au football américain. N’oublions pas qu’à la base de chaque sport, il y a d’abord le jeu, alors laissons-les avoir du plaisir. Avec nos millions me direz-vous? Je vous tire la langue.

Bref, malgré ma faible appréciation du joueur malgré son talent, je souligne qu’à son jeune âge, Sidney Crosby rejoint une poignée de 21 rares joueurs qui ont atteint le plateau des 100 passes en séries éliminatoires en carrière.


N’hésitez pas à me laisser vos commentaires!
finnoche@hotmail.com


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.