Éditorial : Fêter la francophonie

12 mars 2015
0 Commentaire(s)


Depuis quelques décennies, la francophonie profite du mois de mars pour célébrer ensemble que ce soit comme dans le format actuel des Rendez-vous de la francophonie ou celui précédent de la Semaine de la francophonie qui était une célébration de la culture.
Comme l’exprime si bien le texte en page 6 d’Amber O’Reilly, ça peut aussi être l’occasion de s’interroger sur notre sentiment d’appartenance à la francophonie dans nos contextes quotidiens.
Pour plusieurs d’entre-nous, contrairement à Amber ou Charles ou Christopher, nos racines et notre culture francophone proviennent d’ailleurs. Pour moi, je sens que je pourrais me trouver un coin de terre meuble sur le rang 13 à Magog, m’y planter les pieds, et je continuerais ma croissance. Je passe tout près de l’ancienne école de rang et je crois encore sentir le pain frais de ma grand-mère. C’est à deux pas de là que mon père est né et c’est là, dans un rayon de moins de cinq kilomètres, que se trouve une bonne partie de la famille.
Mais je suis aussi fièrement Franco-ténois. Dans quelques années, j’y aurai passé plus de la moitié de ma vie et j’y ai passé déjà près des deux-tiers de ma vie adulte.
Disons que c’est plus difficile de vivre sa francophonie, perdu dans le Grand Nord canadien, que ce ne l’est dans des régions québécoise ou acadienne ou alsacienne ou ivoirienne. Ces Rendez-vous nous aident justement à favoriser ces rencontres qui aident à raffermir nos origines et à les célébrez. Amusez-vous... en français.