De la bonne broue des Maritimes : Fête des Acadiens

10 septembre 1999
0 Commentaire(s)
Plus d’une quarantaine d’Acadiens et Acadiennes se sont réunis afin de célébrer leur fête nationale pour la première fois à Yellowknife le 14 août dernier. L’ironie est que la fête se déroule habituellement le 15 août et non la journée précédente.

Ce n’est pas grave. C’est minuit qui compte , a expliqué Ginette Breau, une originaire du Nouveau-Brunswick. Une bonne dizaine de ses compagnons proviennent de la ville de Naguac et des alentours, ce qui donnait aux festivités une ambiance familiale. Tous les fêtards ont arboré leurs couleurs en portant des bandeaux à l’effigie du drapeau acadien.

Toutefois, c’est sans doute la bière importée des Maritimes qui a donné la plus grande saveur à la soirée. Sur la cannette d’Alpine il y a une annonce pour la fête des Acadiens , a souligné Richard Robidoux, le propriétaire de la maison o se sont déroulées les célébrations.

Son réfrigérateur rempli à pleine capacité contenait sans doute les meilleures cervoises de l’Est. On a commandé la bière. Un gars m’a demandé si c’était bon, je lui ai répondu que c’était évident puisque ça venait des Maritimes.

Certains ont exprimé leur regret de ne pas avoir trouvé de la Schooner, selon certains une des meilleures bières du pays de la Sagouine. Toutefois, ils n’ont pas laissé les cannettes pleines pour autant.

Lorsque nous avons demandé aux fêtards combien de temps les festivités allaient durer, plusieurs ont répondu que cela dépendait de la vitesse à laquelle la bière allait être consommée. Ils ont certainement mis les points sur les i.

Le perron a servi de piste de danse improvisée lorsque la musique a fait vibrer la foule en délire. De plus, les chansons de ce pays magnifique ont retenti sous les lueurs des aurores boréales.

Bien entendu, la fameuse cuisine acadienne a garni bien des estomacs. Ronald Robichaud, un franco-saskois marié à une Acadienne, a soigneusement préparé des saucisses et des fish cakes, des pâtés de morue qui ressemblent à des omelettes miniatures, pour les invités. De plus, du cheddar, de l’orignal et des cretons ont orné la table. Aucun détail n’a été oublié durant cette soirée certainement mémorable.

Moi quand j’ai fait mon party de la Saint-Jean Baptiste, tous les Acadiens étaient là, a expliqué Jacques Parisella, un originaire de Joliette qui a annulé son voyage de pêche afin de célébrer. On a fait cuire du caribou et joué de la guitare. Ce sont des maudits bons gars.

Quand je me promène en voiture, je rencontre plusieurs personnes que je ne connais pas mais qui reconnaissent ma plaque acadienne, a indiqué Richard Robichaud. Selon lui, une bonne centaine d’Acadiens ont fait de Yellowknife leur nouvelle résidence.

Les Acadiens vivent principalement au Nouveau-Brunswick. On en retrouve également en Nouvelle-Écosse et à l’Ile-du-Prince-Edouard. C’est le 15 août 1755 que les Britanniques ont entamé le processus de déportation de plusieurs milliers d’Acadiens vers la Louisiane. Leurs descendants sont aujourd’hui les Cajuns qui peuplent cet état du sud des États-Unis.