Le Canadien de Montréal : Faut-il jeter la serviette?

25 février 2010
0 Commentaire(s)

Rendu au début de février, le Canadien se promène depuis quelques semaines entre le 13e et le 7e rang de l’Association de l’Est de la LNH. À peine cinq points départagent les huit équipes qui bataillent pour les trois dernières places menant aux séries éliminatoires. Normalement, mon optimisme prudent me porterait à ne pas écarter les chances du club de participer aux séries. Mais la blessure subie par Michael Cammalleri vient tout changer. À elle seule, cette blessure fait mal au club. Mais conjuguée à l’absence simultanée d’Andrei Kostitsyn, je crois que c’est le coup de grâce d’une saison qui s’est déroulée sous le signe des blessures.

Dès le lendemain de cette blessure au genou du franc tireur de Montréal, quelques tribunes débordaient d’appels d’amateurs qui réclamaient du directeur général, Bob Gainey, qu’il se mette au téléphone et effectue une transaction qui amènerait du renfort, notamment dans le marché des joueurs qui deviendront agents libres en juillet.

Je ne suis pas du tout de cet avis.

D’une part, je suis réticent à me départir des jeunes espoirs ou de choix de repêchage pour un joueur « loué » qui risque de ne plus être là la saison suivante, notamment en raison de la masse salariale chargée de l’équipe.

D’autre part, la venue d’un nouveau joueur ne rapporte pas des dividendes rapidement. Les joueurs d’avant prennent un certain temps à comprendre le système de jeu et aussi à développer une chimie avec les autres attaquants.

 

Le temps de vendre

Au contraire, je crois qu’il serait avantageux de faire une croix immédiatement sur les chances du Canadien de terminer parmi les huit premières équipes et de se départir de certains joueurs qui deviendront agents libres en juillet. Parmi les joueurs ayant une certaine valeur, il y a Plekanec, Bergeron, Metropolit et Mara.

Plekanec pourrait rapporter gros en termes de valeur d’échange. C’est cependant le seul agent libre que je n’échangerais pas, en essayant fortement de lui faire signer un contrat avant la fin de la saison.

Des trois autres joueurs, Marc-André Bergeron est probablement celui qui pourrait susciter le plus d’intérêt en raison de son apport important sur le jeu de puissance, mais aussi en raison de son contrat peu dispendieux.

Fort de 10 buts et de 18 mentions d’assistance en 50 joutes, Bergeron est reconnu pour son puissant tir de la pointe sur le jeu de puissance. Son rôle adéquat sur le 4e trio à titre de spécialiste de l’attaque massive pourrait intéresser certains clubs qui voudraient se rendre plus loin lors des séries éliminatoires. Je pense notamment à des clubs qui sont bien situés dans le classement mais qui démontrent certaines carences dans leur attaque massive. Voici quelques clubs (avec leur classement quant au jeu de puissance) : Colorado (16e sur 30 pour le jeu de puissance, avec une moyenne de 17,8), Phoenix (25e, avec 16,5), Pittsburgh (27e, avec 16,0) Nashville et Floride (29e, avec 15,2).

Quant aux deux autres joueurs (Mara et Metropolit), ils pourraient aider une équipe à la recherche de profondeur. Gainey pourrait obtenir quelques choix de quatrième ou cinquième rondes, sans plus.

Je me pencherai la semaine prochaine sur l’idée suggérée de se départir de certains gros contrats afin de libérer un peu de masse salariale l’an prochain.