Commerce : Fabriqué aux TNO

24 septembre 2009
0 Commentaire(s)

 

La chambre de commerce des TNO et le gouvernement territorial font grand cas des premières 1500 étiquettes « Made in NWT» qui écoulées comme des petits pains chauds seulement deux mois après le lancement de cette campagne territoriale. L’étiquette d’un peu moins de 10 cm de diamètre sert à identifier des produits issus d’une fabrication locale. Cette initiative propulsée par la chambre de commerce des TNO à pour simple but de promouvoir le travail et les bénéfices économiques associés au secteur de la fabrication locale.

Lors d’une entrevue pour souligner la contribution du ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, la responsable des communications du ministère, Dragana Beronja a confié qu’une telle campagne serait envisageable en français si des entrepreneurs en suscitaient l’intérêt. « En premier lieu, cette campagne a exclusivement été dirigée en anglais uniquement. Mais si un intérêt quelconque était exprimé, nous serions heureux de jouer un rôle dans ce projet », a-t-elle répondu.

Si l’étiquette francophone est envisageable, la communication sera définitivement à améliorer, car lorsque sollicité par l’Aquilon, le Conseil de développement économique des TNO, a dit ne pas connaître l’existence d’un tel programme en anglais.

Mme Beronja a expliqué que la contribution financière du ministère s’élevait à 75 000 dollars ce qui couvrait entièrement les frais d’élaboration et d’impression de la première série d’étiquettes déjà épuisées. De son côté, John Curran, le directeur de la chambre de commerce des TNO, assure qu’une seconde série d’étiquette sera disponible pour les producteurs intéressés. Ce dernier s’étonne tout de même que lors de cette première commande, aucun de ses membres ne se soit intéressé à cette stratégie de marché. « Tous les fabricants qui nous ont sollicités ne sont pas membres de la chambre de commerce. Ce n’est pas grave, il n’est pas nécessaire de l’être pour commander ces étiquettes. De plus si cela peut faire croître notre voix, c’est pour le mieux! », se réjouit-il.

Tenu par un contrat de confidentialité, le directeur de la chambre de commerce, n’a pu divulguer le nom des entreprises qui ont reçu les rondes étiquettes. Il a pourtant mentionné que ces étiquettes visaient toutes sortes de produits ténois, des monuments en béton aux habits sérigraphiés. Selon lui, certains produits portant l’étiquette devraient déjà être sur le marché. Afin de s’assurer qu’aucune étiquette ne soit apposée sur les produits non locaux, John Curran fait confiance à la petitesse du marché aux TNO et aux critères d’admissibilités qui évaluent la demande d’un fabricant recevable ou non.