Être différent ? Quelle drôle d’idée!

Le gouvernement territorial enclenche les vitesses pour finalement accorder la Loi sur les langues officielles à une réalité un peu mieux exprimée et connue qu’il y a 33 ans. Ce document constitutionnel a été instauré en 1984 et ce n’est qu’à la veille de 1994 que toutes les dispositions de la loi ont été mises en œuvre. Bon, l’histoire nous rappelle que cette implantation n’a pas vraiment été respectée… et le déclin des langues autochtones et du français en est une conséquence probante.


Pourtant avant le millénaire, cette loi avait deux objectifs très clairs : garantir le statut égalitaire du français et de l’anglais devant le public utilisant les programmes et services gouvernementaux, et reconnaître le statut officiel des langues autochtones septentrionales. Cette reconnaissance était destinée à préserver et promouvoir les cultures ténoises à travers la protection des langues.


En recherchant à se distancer du modèle fédéral, le GTNO ne peut que s’éloigner du postulat de base de sa loi concernant le français, car la protection des langues autochtones le distingue déjà du reste du Canada.
Que le poste de Commissaire aux langues ne soit plus? Il faudra démontrer qu’il existe des garde-fous efficaces contre les excès de laxisme gouvernemental, le tout pour protéger les droits des résidents du Nord.


L’Aquilon continuera au cours des prochaines semaines de s’intéresser à l’évolution de cette loi qui régit l’aisance de la vie francophone aux TNO.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.