Éditorial : Est-ce qu’on peut critiquer sa culture?

C’est un véritable sujet de philosophie et tout de go, je réponds qu’il n’y a pas meilleur détracteur que celui qui connait sa propre culture. Allez-y donc, vargez sur la culture des mangas nippons ou du two-step saskatchewannais, et on vous traitera de raciste, que vous portez votre culture sur un piédestal et que vous êtes ethnocentrique.
Alors, qu’un artiste francophone du Nord se questionne et taquine les organisations communautaires sur la place ostentatoire du sirop d’érable dans nos événements culturels est une démarche bénéfique. Cette critique peut faire avancer la représentation culturelle francophone dans nos contrées nordiques, à savoir si nous réduisons ou non nos efforts à stimuler qu’une partie de notre culture, celle qui se rapproche de notre patrimoine, de notre folklore. Cette folklorisation a pour avantage d’être une source de revenus non négligeable pour ces organismes à but non lucratif. L’activité de cabane à sucre organisée dans le cadre du Festival du Snowking doublée de trois jours de tire sur neige dans l’enceinte du Long John Jamboree a surement rapporté plus de 10 000 $ de revenus à l’Association franco-culturelle de Yellowknife.
Dans un budget fédéral 2016, où 1,9 milliard de dollars sont dirigés vers l’art et la culture sur cinq ans, il faut reconnaitre qu'Ottawa identifie ce secteur comme un stimulant de la croissance économique. Pour stimuler cette croissance, il faut innover. Pour innover, il faut se remettre en question. C’est ce que Rousseau appelait la perfectibilité. Cette capacité de faire usage de sa raison et de développer des techniques, pour aller plus loin. Alors maintenant que l’on s’est bien édulcoré le gosier (c’est quand même le temps des sucres) on pourrait trouver de nouvelles façons de présenter la culture, même traditionnelle. Pourquoi pas des expressions loquaces inscrites sur les bâtonnets ou une tirade récitée pour chaque morceau de tire?
Transgressant d’autres cultures, je me vois bien Écossais et servir des verres de whisky affublés des poèmes de Robert Louis Stevenson, ou Américain et livrer des contenants de fastfood imprimés des écrits de Jack London.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.