Les négociations achoppent : Équité salariale

30 janvier 1998
0 Commentaire(s)
Après plus de dix années de litige, la question de l'équité salariale au sein du gouvernement des TNO est loin d'être résolue.

À la veille d'entamer des négociations pour le renouvellement de la convention collective des employés du gouvernement territorial, les parties en présence ont décidé de cesser les négociations actuelles sur la question de l'équité salariale.

Dans son discours du budget du 22 janvier dernier, le ministre des Finances, John Todd, avait indiqué que le léger surplus budgétaire de 2,4 millions de dollars pourrait être remis en question en raison des négociations pendantes sur l'équité salariale et les paiements rétroactifs qui seraient dûs à certaines employées.

Avec l'arrêt des négociations, la population des TNO est toujours loin d'être fixée sur cette question. L'arrêt des négociations est survenu lorsque le médiateur a décidé de mettre fin aux discussions, avec l'accord des deux parties en présence.

"L'offre déposée par le GTNO était une insulte pure et simple envers nos membres" a indiqué la présidente du Syndicat des travailleurs du Nord, Jackie Simpson.

Le ministre Todd a indiqué à l'Assemblée le 26 janvier dernier que les négociations pour le renouvellement de la convention collective liant le gouvernement territorial à ses employés aborderont l'épineuse question de l'équité salariale tant dans sa perspective de réparation que dans la mise en place d'un nouveau système d'évaluation des postes.

La présidente du Syndicat des Travailleurs du Nord met en doute la volonté exprimée publiquement par le ministre des Finances d'en arriver à une entente négociée sur la question de l'équité salariale. Le syndicat songe maintenant à s'adresser à la Commission des droits de la personne afin qu'un règlement du litige soit imposé par moyens légaux.

"Malgré ce que M. Todd a suggéré à l'Assemblée, nous ne discuterons pas du litige de l'équité salariale lors des sessions de négociation pour le renouvellement global de la convention collective" a souligné Jackie Simpson. Pour expliquer cette position, elle a indiqué que la Loi canadienne des droits de la personne interdit tout règlement du litige qui aurait pour effet de pénaliser les personnes n'ayant pas été objet de discrimination salariale.

Le début des négociations pour le renouvellement de la convention est prévu pour la semaine du 2 au 6 février.